Enquête ouverte après un tag antisémite sur la vitrine d'un restaurant parisien

11 Février, 2019, 14:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Un tag antisémite a été découvert sur une vitrine d'un restaurant Bagelstein dans le IVe arrondissement de Paris

Tagué en jaune, le mot " juden " couvre une partie de la vitrine de Bagelstein, une chaîne de restaurant spécialisée dans le célèbre petit pain originaire des communautés juives d'Europe de l'est et très populaire aux Etats-Unis. Le tag a été découvert plusieurs heures avant l'Acte XIII des Gilets jaunes, ce 9 février. "Il a probablement été fait dans la nuit de vendredi à samedi", précise Gilles Abecassis, cofondateur de cette chaîne de restaurant de bagels.

" La plainte a été déposée samedi". Le parquet de Paris a ouvert une enquête. Le restaurant visé se trouve dans le centre de la capitale, sur l'Ile Saint-Louis. La police est venue constater les faits.

Pourtant, rien ne permet à ce jour d'affirmer que ce sont des Gilets jaunes qui ont réalisé ce tag antisémite. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a précisé dimanche une source judiciaire. "Un de trop. 'Juden' en lettres jaunes, comme si les plus tragiques leçons de l'Histoire n'éclairaient plus les consciences", a déploré dimanche 10 février le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner en promettant de "ne rien laisser passer" et de "tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné". Notre réponse: tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné. "La manifestation n'est absolument pas passée dans notre quartier, et ce tag de toute façon a été effectué bien avant que la manifestation ne commence". "Ils ont écrit ça en jaune, mais ça peut être pour l'étoile de David" que l'Allemagne nazie imposait aux juifs de porter, a-t-il souligné.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a fait un lien, dans un tweet, entre plusieurs faits survenus en fin de semaine: "L'antisémitisme le plus crasse dans les rues de la ville lumière". Qui aurait cru que plus de 50 ans après, leur fils, Arthur, s'indignerait aujourd'hui des actes antisémites commis en 2019 dans le pays où ils ont élu domicile: la France.

Nous sommes choqués, mais nous répondrons demain à ces abrutis sur un ton décalé de sale gosse.

Recommande: