L'armée burkinabè " neutralise" 146 terroristes (communiqué)

09 Février, 2019, 21:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Burkina Faso: Une attaque fait quatorze civils et 146 terroristes tués

Selon le communiqué officiel dévoilé ce lundi, 146 terroristes ont été tués lors de l'assaut de l'armée républicaine dans le nord du pays, dans la province du Yatenga plus précisément. Il s'agit d'une des plus graves attaques enregistrées dans le pays.

Selon le colonel Lamoussa Fofana, l'armée burkinabé n'a pas attendu longtemps pour combattre les insurgés. Une source militaire a confirmé à l'AFP que le terme "neutraliser" signifiait "tuer". Les forces de sécurité ont mené une opération à la suite de l'attaque et ont " neutralisé " 21 terroristes. Le président burkinabé entend donc œuvrer à impulser l'action de cette force conjointe dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Malgré les retards de décaissement, les présidents des cinq pays membres annoncent avoir réussi à lancer des opérations, avec les efforts personnels des Etats membres.

Les civils comme les forces de l'ordre paient depuis 2015 un lourd tribut dans les attaques jihadistes.

Depuis le 1er janvier, l'état d'urgence a été décrété dans 14 provinces sur 45 au Burkina Faso, accordant des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité dont celui de procéder à des perquisitions à domicile, de jour comme de nuit.

Loin de s'arrêter dans les provinces, Ouagadougou, la capitale, a été également frappée à trois reprises depuis 2016, avec un bilan total de près de soixante morts. La dernière attaque perpétrée en mars 2018, en plein centre-ville, avait dévasté l'état-major général des armées.

"Voilà pourquoi, en plus de ce que nous faisons isolément au niveau national, nous avons conçu le Plan d'Investissements Prioritaires du G5-Sahel, validé en juin 2017 à Bamako, plan qui a pour objectifs la réalisation d'infrastructures routières, ferroviaires et énergétiques, le renforcement de la gouvernance, de la défense et de la sécurité, la résilience et le développement humain dans les zones frontalières fragiles exposées aux menaces terroristes", a-t-il indiqué.

La force peine à obtenir des résultats.

"La paix dans le Sahel n'a pas de prix et le combat que nous menons ne concerne pas que les pays du Sahel", a déclaré Roch Marc Christian Kaboré, nouveau président en exercice du G5 Sahel.

Recommande: