Le président Al-Khelaïfi dans la cour des grands de l’UEFA — PSG

08 Février, 2019, 08:57 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Football- UEFA- Nasser al-Khelaïfi a fait l'objet d'un plébiscite. MARTIN RICHARD L'EQUIPE

Présent à Rome ce mardi, celui qui est président du PSG depuis 2011 et Vice-Président de la Ligue de Football Professionnel (LFP) depuis 2015 a aussi commenté ses premiers pas dans son nouveau rôle: "J'ai participé aujourd'hui à mon premier congrès UEFA et l'expérience fut riche en enseignements". Je voudrais également remercier mes chers collègues de l'ECA pour la confiance qu'ils me témoignent en me désignant comme leur représentant au comité exécutif de l'UEFA. Al-Khelaïfi prend la suite d'Ivan Gazidis, ex-directeur général d'Arsenal et désormais directeur général de l'AC Milan.

"Une excellente nouvelle pour le PSG et le football français". Le patron du football allemand soutient fortement la désignation par ses pairs de Nasser Al-Khelaïfi. Une candidature qui devait encore être entérinée par le Congrès, ce qui est désormais chose faite.

"C'est une excellente nouvelle pour le Paris Saint-Germain et le football français", appuie pour Europe 1 Christophe Lepetit, économiste du sport au CDES. Le président parisien pourra parler d'égal à égal avec ses homologues européens.

Des voix dissonantes. L'entrée de Nasser Al-Khelaïfi au Comex de l'UEFA ne fait cependant pas plaisir à tout le monde au sein du foot européen, notamment son plus fervent pourfendeur, le président de la Ligue de football professionnel espagnol Javier Tebas. "Sa nomination doit être rejetée parce qu'elle viole toutes les règles de bonne gouvernance", avait affirmé l'homme fort du football ibérique, pointant du doigt un possible conflit d'intérêt entre Nasser Al-Khelaïfi et l'UEFA.

"Lorsqu'un club siège dans un organe décisionnaire d'une ligue ou d'une fédération, même s'il est censé représenter l'intérêt collectif, il ne peut pas faire abstraction de ses intérêts personnels", ajoute cet expert, alors que le club français est toujours sous le coup d'une enquête dans le cadre du fair-play financier.

Malgré les tentatives de déstabilisation de Javier Tebas, Nasser Al-Khelaïfi fait l'unanimité sur la scène européenne. "L'entrée de Al-Khelaïfi, ce n'est pas un moyen pour le club de s'acheter une tranquillité pour le club par rapport au fair-play financier".

Recommande: