PHOTOS : Syndicats et gilets jaunes défilent dans les rues de Périgueux

07 Février, 2019, 00:56 | Auteur: Aubrey Nash
  • La CGT et des Gilets jaunes ont bloqué une entrée du marché international de Rungis. le 5 février 2019

À Vichy, plus de 400 manifestants, jeunes et moins jeunes, actifs comme retraités, se sont mobilisés, ce mardi matin, dans le cadre de la grève nationale "Bloquons l'économie" lancée à l'appel de la CGT. Si le dialogue la semaine passée entre ces derniers et la CGT a été compliqué, sur le terrain, cela a été visiblement plus simple.

" Etudiants et gilets jaunes, tous unis contre Macron et son monde!" Elles rappellent leur opposition à la réforme du lycée qui "renforce plus que jamais les inégalités scolaire sur le territoire" et à l'augmentation des frais d'inscription des étudiants étrangers hors UE à l'université.

Nicolas, technicien du spectacle de 42 ans, est venu manifester pour la première fois cette année, car le samedi il travaille. "Mais à un moment, il faut se mettre dans la rue, de toute façon on n'a pas d'autre choix et même en étant dans la rue, on n'est pas entendu", a-t-il expliqué à l'AFP. Pourtant, en novembre, le numéro un de la CGT Philippe Martinez avait refusé tout lien avec ce mouvement à cause de son discours anti-fiscal.

D'autres cortèges ont également défilé ce mardi, en régions.

À côté de la CGT, appelaient également à manifester Solidaires, le NPA, le PCF, la France insoumise, Attac, des organisations de jeunesse comme l'Unef, l'UNL ou la Jeunesse ouvrière.

La question de leur affluence ce mardi reste ouverte, car jusqu'à présent, en dehors de quelques très rares initiatives communes, notamment à Toulouse ou à Paris, les convergences ont tourné court.

Hasard du calendrier, mardi doit être voté au Parlement la loi " anticasseurs", donnant la possibilité aux préfets de prononcer des interdictions de manifester, un dispositif vivement critiqué par les syndicats.

Si à Paris les manifestants doivent partir à 14 heures de l'hôtel de ville pour atteindre la place de la Concorde en passant par la rue de Rivoli, de nombreuses manifestations ont déjà commencé dans plusieurs villes françaises dont Nice, Toulon et Marseille.

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue mi-mars. Lors de la précédente mobilisation, le 14 décembre, la CGT avait dénombré 15.000 manifestants à Paris, la préfecture de police en comptant 6.000.

Recommande: