Les assistantes maternelles manifestent ce samedi matin — Tours

03 Février, 2019, 12:53 | Auteur: Aubrey Nash
  • Les nounous manifestent contre la réforme du chômage

Des rassemblements dans une trentaine de villes. La mobilisation a rassemblé une centaine de personnes à Paris, devant le ministère des Solidarités, et une centaine à Rennes, où les manifestantes scandaient "Assmats en colère, on ne va pas se laisser faire!". Assistante maternelle depuis 11 ans à Sète, elle a prévu d'aller manifester ce samedi matin à Montpellier, avec sa poussette et un gilet rose, devant la permanence du député LaREM de l'Hérault.

La crainte d'une baisse de leur cumul chômage-emploi. Parmi leurs revendications, le rejet du projet de suppression de l'allocation retour à l'emploi, qui mettrait en difficulté les nombreuses assistantes maternelles. "Cette indemnisation chômage est précieuse car elle permet de compenser la perte d'un contrat lorsque l'un ou plusieurs des quatre enfants dont je m'occupe entre à l'école ou déménage".

Les "gilets roses" se mobilisent contre la réforme de l'assurance-chômage.

Des revenus autour de 1.400 euros brut. Le plus souvent, les "nounous" ne perçoivent cette allocation que pendant une brève période, rappelle-t-elle, par exemple l'été, entre le départ d'un enfant qui va faire son entrée en maternelle et l'accueil d'un nouveau bébé en septembre. Pour Véronique, assistante maternelle à Paris, le maintien de l'allocation est primordial "en attendant de trouver un prochain contrat", d'autant qu'avec un salaire moyen de "3,18 euros par heure et par enfant gardé", certaines "ne s'en sortent pas". Rien que pour les assistantes maternelles, sur près de 159.000 assistantes maternelles travaillant en 2015, selon les derniers chiffres de l'Unedic disponibles, les deux tiers cumulaient salaire et allocation.

Recommande: