Une 'Nuit Jaune' pour l'Acte 11 — Gilets Jaunes

26 Janvier, 2019, 12:54 | Auteur: Lynn Cook
  • CGT Gilets jaunes et France insoumise appellent à la grève générale le 5 février

"Mais ce nouvel acte pourrait être marqué par la première " nuit jaune ", dont l'idée a été relayée par Éric Drouet, l'une des figures de ce mouvement qui fait vaciller le gouvernement depuis plus de deux mois". Une quinzaine de VTC accompagnés d'autant des gilets jaunes solidaires se sont lancés sur le périphérique aux alentours de 15h rapporte France Bleu Paris.

À Marseille, les Aubagnais se joignent au mouvement prévu, comme à son habitude, au Vieux-Port à 14h.

Les Gilets jaunes ont déclaré à la préfecture plusieurs mobilisations pour l'acte 11 du 26 janvier.

Pour ce qui est des Ciotadens, l'habituel point de convergence qu'est devenu le péage de l'A50 servira une fois de plus aux intérêts des gilets jaunes, bien que celui-ci soit redevenu payant.

Plusieurs manifestations ont été déclarées dont une marche parisienne reliant les Champs-Elysées à la Bastille. Une marche parisienne est notamment prévue entre les Champs-Elysées et la Bastille en passant par l'Assemblée nationale et Bercy.

À Caen, le cortège s'est également élancé ce matin, et compte entre 1.000 et 1.500 personnes dans ses rangs, selon Ouest France. Environ 400 "gilets jaunes" ont défilé dans le calme dans le centre de la ville pour la première "marche nocturne citoyenne et pacifiste" organisée par le mouvement dans cette ville portuaire.

"Les manifestants, venus de Dunkerque, Lille, Saint-Omer, Calais et Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), ont marché dans le calme de 20 h 30 à 22 h 30, entre la gare et la place piétonne Jean-Bart, entonnant la Marseillaise à plusieurs reprises".

#Dunkerque [59] - #Nord Plusieurs centaines de #GiletsJaunes se sont mobilisés à Dunkerque ce vendredi soir, pour une marche nocturne. À Bordeaux et à Toulouse, places fortes de la mobilisation, les autorités redoutent des débordements après les spectaculaires violences ces dernières semaines.

A l'ultragauche, un appel a été lancé pour recréer un "black bloc" et un "cortège de tête", point de rendez-vous des militants anticapitalistes, antifascistes, autonomes et anarchistes lors des manifestations contre la Loi travail.

Ainsi, l'annonce mercredi de la création par les "gilets jaunes" Ingrid Levavasseur et Hayk Shahinyan d'une liste "Rassemblement d'initiative citoyenne" aux européennes de mai, a semé la division. Elle a reçu le soutien d'Éric Drouet, l'un des gilets jaunes les plus influents, qui a partagé l'événement sur le groupe Facebook de "la France en colère". "Ca m'inspire du mépris, du dégoût. Notre plus grande force, c'est la désorganisation, on ne doit pas faire de politique", lâche Luc Benedetti, pizzaïolo marseillais et "gilet jaune" de la première heure. Ils demandent notamment la création d'"un observatoire" des débats et "d'une assemblée citoyenne" qui ferait des propositions donnant lieu à "un référendum à choix multiples" à l'issue des consultations.

Recommande: