De mystérieux signaux radio envoyés depuis une galaxie lointaine ont été interceptés

14 Janvier, 2019, 07:12 | Auteur: Lynn Cook
  • Des télescopes en Australie

Si leur origine reste toujours aussi mystérieuse, de nouveaux " sursauts radios rapides " ont été découverts par des astronomes canadiens. Ces impulsions d'ondes radio font partie des signaux les plus énergétiques et les plus énigmatiques de l'espace. Pendant la très courte durée lors de laquelle elles émettent un son, elle produisent autant d'énergie que le Soleil en 10.000 ans.

Les experts affirment aussi que leurs recherches permettent de répondre à la question de la "matière manquante" dans l'univers qui intrigue les scientifiques. En effet, parmi ces 12 FRB récemment détectés, l'un d'entre eux s'est répété à plusieurs reprises et semble provenir d'un seul et même endroit de l'espace.

D'autres successions de FRB auraient été détectées depuis la publication de cette étude, et c'est une très bonne nouvelle selon Shami Chatterjee, car cela permettra peut-être de localiser la source de ces " salves cosmiques ". Jusqu'à présent, un seul cas similaire (nommé FRB 121102 et ayant été capté le 2 novembre 2012) avait été répertorié, et ces nouvelles découvertes font dire aux astrophysiciens que ces derniers pourraient être en réalité bien plus nombreux. De nombreuses théories ont été avancées quant à l'origine de ces FRB. Jusqu'à maintenant une soixantaine avaient été détectés. S'il s'agit d'une seconde succession de ces "sursauts radio rapides ", la cinquantaine de scientifiques qui travaillent sur cette détection pensent qu'il pourrait en exister d'autres.

Ils semblent prendre leur origine à environ 1,5 milliard d'années-lumière de la Terre, provenant peut-être "d'un amas dense, comme un reste de supernova, ou encore d'un point situé près du trou noir central d'une galaxie", explique Cherry Ng, de l'Université de Toronto.

Le premier signal étrange à avoir obtenu l'étiquette de " sursaut radio rapide " ou FRB pour Fast Radio Burst, l'avait été en 2007.

"Grâce à CHIME, qui scanne tout l'hémisphère nord chaque jour, nous devrions trouver plus de signaux répétitifs au fil du temps", assure Ingrid Stairs, espérant bientôt pouvoir "étudier ces mystérieux signaux en détail ". "A la fin de l'année, nous aurons peut-être trouvé 1.000 sursauts de plus", a ajouté Deborah Good, de la même université". Les nouveaux signaux extragalactiques ont été découverts avec le radiotélescope CHIME, situé dans la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique, pendant une période d'observation de seulement trois semaines l'été dernier.

Recommande: