Cesare Battisti arrêté en Bolivie, l'Italie attend une rapide extradition

14 Janvier, 2019, 18:37 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ex-militant italien Cesare Battisti arrêté en Bolivie

Après des décennies de cavale, Cesare Battisti, 64 ans, a donc de nouveau foulé le sol italien, sous les objectifs d'une centaine de journalistes accrédités pour l'attendre sur le tarmac.

Les prisons italiennes attendent Cesare Battisti "non pas à cause de ses idées politiques, mais bien pour les quatre crimes qu'il a commis ainsi que pour divers délits liés à la lutte armée et au terrorisme", a commenté le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte.

L'ex-président brésilien Michel Temer avait signé mi-décembre l'acte d'extradition réclamé depuis des années par l'Italie, où il a été condamné par contumace en 1993 à la prison à perpétuité pour quatre homicides et complicité de meurtres dans les années 70. "Battisti a été arrêté dans la rue, il n'était pas armé et n'a pas opposé de résistance".

D'une certaine façon ses titres font sens: "Les habits d'ombre", "Jamais plus sans fusil", "Avenida Révolucion", "Dernières cartouches", "Ma cavale" préfacé par Fred Vargas, son indéfectible soutien, ou encore "Ser Bambu" ("Etre Bambou", c'est-à-dire plier mais rester solide, selon l'expression brésilienne). Et une autobiographie au titre prémonitoire, " Ma cavale", préfacée par Fred Vargas, son indéfectible soutien, et Bernard-Henri Lévy.

En 2009, la Cour suprême fédérale brésilienne avait accepté de l'extrader mais, dans un jugement controversé, avait laissé l'ex-président Lula décider en dernier ressort.

En octobre 2017, Battisti a été placé brièvement en détention provisoire après un contrôle de routine alors qu'il s'apprêtait à quitter le Brésil à bord d'un taxi bolivien, en possession de 6.000 dollars et 1.300 euros, une somme supérieure au montant autorisé sans déclaration préalable. "Maintenant, les victimes peuvent reposer en paix", a déclaré Alberto Torregiani, fils du joaillier assassiné sous ses yeux quand il avait 15 ans, et lui-même tétraplégique après avoir été blessé lors du drame. Durant la campagne présidentielle, le futur président d'extrême droite, Jair Bolsonaro, avait promis d'extrader Battisti. Son extradition avait été signée en décembre, après des années de processus judiciaire. Le Brésil n'est plus une terre de bandits. Le fils du nouveau président brésilien, le député Eduardo Bolsonaro, a quant à lui écrit sur le même réseau social, en italien avec une photo de Battisti: "Le Brésil n'est plus une terre de bandits".

L'extradition de Battisti? C'est la preuve que " le climat [politique] dans le monde changé, une telle conclusion aurait été impensable il y a quelque temps encore", a commenté Matteo Salvini lundi sur RAI2. en remerciant le président brésilien.

"Au nom de 60 millions d'Italiens, je tiens à remercier les forces de l'ordre de nous avoir offert ce soleil, cette espérance, cette certitude, cette confiance retrouvée dans la justice".

" Je refuse de considérer a priori comme terroristes actifs et dangereux des hommes qui sont venus, particulièrement d'Italie, longtemps avant que j'exerce les responsabilités qui sont miennes, et qui venaient de s'agréger ici et là, dans la banlieue parisienne, repentis. à moitié, tout à fait.je n'en sais rien, mais hors du jeu", avait déclaré François Mitterrand dans discours au Palais des Sports de Rennes, le 1er février 1985. La Paz a ensuite fait officiellement savoir que Cesare Battisti serait expulsé directement vers l'Italie.

Recommande: