Trump face à de nouvelles accusations sur ses liens avec Moscou

13 Janvier, 2019, 20:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Trump dans une colère noire après de nouvelles révélations de l'ex-directeur du FBI

Le président américain Donald Trump est confronté à de nouvelles accusations sur ses liens avec la Russie, le Washington Post affirmant qu'il aurait cherché à dissimuler les détails de ses conversations avec son homologue Vladimir Poutine.

"Les médias gauchistes ont gâché deux années à essayer de monter de toutes pièces un faux scandale de collusion" entre Moscou et l'équipe de campagne de M. Trump à l'élection présidentielle de 2016, a-t-elle ajouté. Le FBI a également ouvert une investigation, qui comportait un volet de contre-espionnage et un volet criminel, à la suite du limogeage de son directeur James Coley en mai 2017, a annoncé vendredi le New York Times.

"Je n'ai rien à cacher (.) C'est tellement ridicule", a-t-il dénoncé samedi soir dans un entretien téléphonique avec la chaîne Fox News.

Après le limogeage de son patron James Comey, la police fédérale américaine a ouvert une enquête avec un volet contre-espionnage et un volet criminel pour établir d'éventuels liens entre Donald Trump et la Russie, révèle le "New York Times". L'année suivante, le président avait limogé le patron du FBI, James Comey, qui avait refusé de lui prêter allégeance et de mettre fin à de premières investigations sur une éventuelle collusion avec la Russie.

Selon le Washington Post, ces contraintes imposées par Donald Trump s'inscrivent dans une tactique plus générale afin que ses discussions avec Vladimir Poutine ne fassent pas l'objet d'un examen public.

A l'issue d'une de ses rencontres avec le président russe, à Hambourg en 2017, le milliardaire républicain aurait même pris possession des notes de son interprète, lui demandant de ne pas partager aux autres membres de son administration la teneur de la conversation, écrit le quotidien. Plusieurs inculpations et condamnations ont débouché grâce à cette enquête russe. "L'article du Washington Post est si outrageusement inexact qu'il ne mérite même pas de réponse", a pour sa part commenté la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

L'avocat Michael Cohen a été condamné à trois ans de prison, notamment pour infractions à la législation sur le financement des campagnes électorales. "The Washington Post est en premier lieu un lobbyiste d'Amazon", a indiqué Trump.

Paul Manafort, qui a été un temps directeur de l'équipe de campagne de Donald Trump, a été condamné pour des malversations financières liées à des activités en Ukraine antérieures à la campagne de 2016.

Michael Flynn, ancien conseil à la sécurité nationale de Donald Trump, a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs sur ses liens avec des responsables russes. "Tout le monde sait qu'il n'y avait aucune collusion [avec la Russie, ndlr]", a ajouté Trump.

Recommande: