Gabon : Julien Nkoghe Bekale nommé Premier ministre

13 Janvier, 2019, 14:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Julien Nkoghe Bekale a été nommé premier ministre du Gabon ce vendredi 11 janvier par le président Ali Bongo Ondimba

L'arrivée de Julien Nkoghe Bekalé à cette fonction ramène dans la province de l'Estuaire le poste de Premier ministre comme à la vielle époque de l'ancien président Omar Bongo Ondimba qui avait réservé ce poste à un originaire de cette province. Depuis cette proclamation, le pays ne fonctionnait, dans les formes, que par un gouvernement par intérim.

Une chose est sûre, avec la nomination du nouveau Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé, suivi de la nomination du gouvernement, ainsi que l'election du bureau de l'Assemblée nationale, le retour imminent du Chef de l'Etat gabonais est plus qu'une evidence, mieux une urgence. A l'instar d'autres mouvements de la majorité présidentielle, ils ont réaffirmé leur soutien indéfectible au chef de l'exécutif Ali Bongo Ondimba. Auparavant, ce fidèle du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a multiplié les portefeuilles ministériels dans des gouvernements de Bongo -Père et fils.

Julien Nkoghe Bekalé remplace Emmanuel Issozé Ngondet nommé dans la foulée médiateur de la République, une institution sans réel impact dans la vie publique, qui s'apparente davantage à une voie de garage, présidée jusqu'à ce jour par Laure Olga Gondjout. Par un décret lu à la radio nationale par le secrétaire général de la Présidence, en début de matinée, le chef de l'Etat nomme Julien Nkoghe Bekale à la tête du gouvernement.

Pour rappel, Ali Bongo a été victime d'un AVC à Riyad en Arabie Saoudite; après les premiers soins, il a été transféré à Rabat au Maroc pour sa convalescence.

A Libreville, les rumeurs enflent sur le retour du président dans les prochains jours. Ali Bongo a cassé cette dynamique. Il a en effet été ministres des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures en 2009, des Transports et de l'Equipement en 2011. La CDC épinglait notamment "la constitution irrégulière de +fonds politiques+" issus de recettes pétrolières et maquillés en "fonds de sécurité de l'Etat". "Le gouvernement prêtera bien serment au Gabon et non au Maroc comme l'insinue des détracteurs du pouvoir ", indique le média. Les explications du nouveau locataire de la primature sont toujours attendues.

Recommande: