Huawei: Pékin "très préoccupé" par l'arrestation d'un Chinois en Pologne

12 Janvier, 2019, 21:10 | Auteur: Aubrey Nash
  • Un employé de Huawei arrêté en Pologne suite à des accusations d'espionnage

Interrogé par l'AFP, Huawei n'a pas confirmé si le suspect était bien un de ses employés, disant simplement "regarder de près " ces informations.Un nouvel épisode digne d'un film d'espionnage qui rythme une période compliquée pour le géant chinois.

Le groupe a expliqué avoir " décidé de mettre fin immédiatement à son contrat avec Wang Weijing", qui travaille sur le territoire polonais, parce que " cet incident a eu des effets néfastes sur la réputation mondiale de Huawei ". Le 1er décembre, une responsable du géant chinois des télécoms a été arrêtée au Canada à la demande des Etats-Unis.

"Huawei se soumet à toutes les lois et à toutes les réglementations en vigueur dans les pays où il opère et nous demandons que tous nos employés respectent les lois et les réglementations dans les pays où ils sont basés", a poursuivi ce groupe, déjà au coeur d'une affaire judiciaire, qui ne porte pas sur de l'espionnage économique, ayant ébranlé les relations entre Washington et Pékin. Les Américains, qui demandent son extradition, la soupçonnent de complicité de fraude pour contourner les sanctions contre l'Iran.

Treize Canadiens ont été détenus en Chine depuis son arrestation dont huit ont été remis en liberté, a indiqué le 4 janvier le ministère canadien des Affaires étrangères.

Fondée par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, Huawei a déjà été au centre de soupçons d'espionnage dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, l'Australie et le Japon, qui lui ont interdit de bâtir un réseau d'internet ultrarapide, la 5G. Et ce alors que ce groupe a d'ores et déjà signé des accords avec plusieurs opérateurs en Europe en vue du déploiement à venir de cette technologie.

Les services de sécurité polonais ont arrêté un employé chinois de Huawei et un employé polonais d'Orange Polska pour espionnage, rapporte vendredi Reuters citant l'agence de presse PAP. Si l'une des deux personnes est de nationalité chinoise, l'autre était un ex-agent de l'ABW qui a ensuite travaillé pour la filiale polonaise d'Orange.

Arrêtés mardi, ils sont soupçonnés d'avoir agi "pour le compte des services chinois et au détriment de la Pologne", a précisé de son côté Stanislaw Zaryn, porte-parole du ministre coordinateur des services spéciaux.

Selon plusieurs médias polonais, dont la chaîne de télévision privée Polsat News et la chaîne publique TVP Info, le suspect chinois serait l'un des directeurs de la filiale polonaise du groupe géant chinois Huawei, tandis que le Polonais serait expert en sécurité informatique et ancien officier de l'Agence de sécurité intérieure ABW - dont les hommes l'ont arrêté.

Recommande: