Creed II, Border, Edmond, Les Invisibles, L'Ange, Forgiven — Sortie Cinéma

12 Janvier, 2019, 18:44 | Auteur: Sue Barrett
  • Edition numérique des abonnés

Mais lui arrive-t-il au moins à la cheville? Le retour de Dolph Lundgren et de Brigitte Nielsen, le couple antagoniste qui avait su personnifier à lui seul l'esprit des années 1980 dans Rocky IV de Sylvester Stallone, nous inspire par conséquent à peine plus qu'une nostalgie tristounette, leurs apparitions furtives restant aussi anonymes que la mise en scène de Steven Caple Jr.

Avant le carton planétaire de Black Panther, le réalisateur Ryan Coogler avait déjà posé les bases de ce succès avec le premier Creed. La question est: Quelle suite pour Creed, sans l'emblématique présence de Stallone?

Creed 2, la suite 4 ans après.

Dans "Creed II", Adonis est devenu champion du monde, mais sa légitimité est contestée par un certain Viktor Drago. Et l'enjeu du combat est d'autant plus élevé que son rival est lié au passé de sa famille.

Certes l'aspect dramatique a toujours eu une grande place dans tous les précédents films de la saga mais ce qui est particulièrement frustrant dans Creed II, c'est l'impression de ne rien voir de neuf. Il est toutefois miné par un scénario qui manque d'originalité. Tout est tellement cousu de fil blanc que l'on se doutera avant même qu'il commence l'issu du premier combat entre Adonis Creed et Viktor Draco. Adonis, qui va mal vivre leur affrontement, pourra compter sur Rocky Balboa afin de le remettre sur le droit chemin et enterrer le passé... Et très clairement, Adonis dit non. Les spectatrices craqueront certainement sur ses muscles luisants mais pour les autres, il faudra attendre les scènes d'entraînement et de combat pour vraiment trouver un intérêt à sa prestation.

Etudiant suédois brillant (il se destinait à une carrière d'ingénieur en chimie et possède un quotient intellectuel de 160), sa vie a basculé lorsqu'il a rencontré la chanteuse Grace Jones, qui lui a ouvert les portes des Etats-Unis.

À la sortie de Creed - L'Héritage de Rocky Balboa, Michael B. Jordan disait qu'il s'agissait d'un one shot, promis juré. De toute façon, la formule de ces opéras de la boxe est si étriquée depuis le début qu'il s'agit en fait d'un éternel retour, d'une litanie répétée maintes fois qui se soldera sans exception par la même épreuve d'endurance finale. Stallone s'est donc laissé convaincre de jouer dans "Creed", à la fois suite et spin-off (déclinaison) de "Rocky", portée par le jeune et talentueux Michael B. Jordan, révélé dans les séries "The Wire" et "Friday Night Lights".

Recommande: