Bilal Hassani, celui qu’on n’attendait pas — Eurovision

12 Janvier, 2019, 14:40 | Auteur: Sue Barrett
  • Bilal Hassani, celui qu’on n’attendait pas — Eurovision

C'est la question qui brûle les lèvres des fans du plus grand concours de chant jamais organisé.

Destination Eurovision 2019: Emmanuel Moire, Chimène Badi, Bilal Hassani... Bref, comme il le dit si bien dans son clip: "Ma différence, c'est que beaucoup de gens me critiquent, me disent des choses abominables et essaient de me rabaisser mais je garde la tête haute, et je passe outre car je préfère rester dans le positif". Révélé dans "The Voice Kids", il est devenu un phénomène sur YouTube avec ses vidéos confessions ou ses reprises comme "Djadja" d'Aya Nakamura.

Le 15 novembre dernier, deux députés de la majorité, Raphaël Gérard et Gabriel Servile ont alerté de ce problème et ont demandé des réactions au réseau social: "Face à l'ampleur du cyber-harcèlement auquel est confronté Bilal Hassani, qui témoigne des violences psychologiques ordinaires subies par les jeunes #LGBT+ sur les réseaux sociaux, nous demandons avec Gabriel Servile que Twitter soit plus ferme et plus réactif". Car les 18 artistes devront convaincre un jury composé entre autres d'Amir, Isabelle Boulay et Christophe Willem, mais aussi, et peut-être surtout, les téléspectateurs lors de plusieurs émissions animées par Garou. La raison? Bilal Hassani ose et s'assume, comme on l'entend dans le tube. Son single "Roi" avait déjà dépassé 1,3 million de vues sur Youtube lundi matin. Pourtant, le jeune homme au physique androgyne est, constamment, victime d'insultes et de menaces sur les réseaux sociaux dès que son nom est évoqué.

Recommande: