Qui est le "journaliste gilet jaune" qui malmène Aphatie?

11 Janvier, 2019, 23:52 | Auteur: Sue Barrett
  • Jean-Michel Aphatie interpellé le 7 janvier par un

Tel est le nom de la vidéo postée sur YouTube le 7 janvier par un homme qui se présente comme "journaliste gilet jaune" et qui a interpellé dans la rue Jean-Michel Aphatie, présentateur à Europe 1. L'échange, musclé, a été filmé et diffusé sur Internet. Ainsi la vidéo s'intitule-t-elle "Apathie journaliste millionnaire anti Gilet Jaune".

Jean-Michel Aphatie est revenu sur cette rencontre au micro d'Europe 1 jeudi, dénonçant le tas de "fantasmes stupides" véhiculés par son interlocuteur.

Il l'interroge tout d'abord sur le traitement médiatique de l'affrontement entre un ex-champion de boxe, Christophe Dettinger, et des gendarmes, le 5 janvier lors d'une manifestation à Paris.

Alors que le ton monte, le "journaliste gilet jaune" lui demande ce qu'il pense des quenelles, un geste considéré comme antisémite et popularisé par Dieudonné. "C'est le nouveau Coluche!".

La patience et le zen de Jean-Michel Aphatie ont été salués par les internautes.

"Il y a des années que des responsables politiques, d'autres journalistes disent que les milliardaires qui possèdent les médias verrouillent l'information et qu'on n'informe pas les Français et qu'on les désinforme, et bien ça aboutit à ces discours d'abrutis qui nous menacent, mais s'ils menaçaient que nous à la limite on s'en défendrait, mais ils menacent la démocratie et ça il faut que nous en prenions tous conscience pour que cela cesse". "Dans votre grand appartement du seizième, avec vos millions que vous vous êtes faits dans la presse, vous croyez tout connaître de tout", lui reproche encore l'homme. "Personne ne peut soutenir cet homme qui filme avec son portable (.) Ces accusations sont fausses et dangereuses", a-t-il souligné. "Qu'est ce que vous croyez?"

L'éditorialiste s'emporte rapidement. "Quelle intolérance, j'ai le droit de vivre ou pas?". "C'est quelqu'un qui était porteur de la haine que des gens éprouvent pour des journalistes puisque son propos principal c'était de dire que je défendais, mais ce n'est pas moi ce sont les journalistes, les puissants, les milliardaires, que moi-même j'étais un millionnaire", a-t-il lancé avant de regretter que "ce type de propos (.) font que des journalistes sont agressés violemment, frappés parfois". En commentaire, il dit: "Si vous ne savez pas ce que l'intolérance veut dire, si vous voulez observer une forme de violence inadmissible, regardez cette vidéo qui ne sert pas la cause des 'gilets jaunes'". À franceinfo, il donne aussi son point de vue sur ces sollicitations: "Je pense qu'il ne faut pas refuser ces échanges, il faut continuer d'expliquer notre travail".

Recommande: