Élections en RDC : 80 militaires américains pré-positionnés au Gabon

09 Janvier, 2019, 04:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Des militaires américains prennent position au Gabon

"Des forces supplémentaires pourraient se déployer au Gabon, en République du Congo ou en République Démocratique du Congo si nécessaire", a ajouté le président des Etats-Unis dans sa lettre au Congrès.

"Le personnel des forces armées des Etats-Unis s'est déployé à Libreville au Gabon, afin d'être en mesure d'assurer la sécurité des citoyens, du personnel et des installations diplomatiques américaines à Kinshasa en République démocratique du Congo" a écrit le président américain dans une lettre aux présidents des deux chambres du Congrès en fin de semaine dernière.

Dans sa correspondance, le président américain précise que "les premiers militaires équipés du matériel du combat sont arrivés le 2 janvier à Libreville".

Le climat sociopolitique qui prévaut à la veille de la proclamation des résultats de l'élection présidentielle de la République Démocratique du Congo, inquiète les Etats-Unis. La CENCO, une organisation des prêtres catholiques au pays, avait notamment déployé au moins 40.000 témoins dans près de 75.000 bureaux de vote à travers le pays.

Le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a estimé vendredi que cette décision risquait de provoquer un violent contrecoup lors de la publication des résultats du scrutin.

Selon le communiqué de Donald Trump, le personnel déployé au Gabon restera dans la région jusqu'à ce que la situation en matière de sécurité en République démocratique du Congo devienne telle que leur présence ne soit plus nécessaire. En face l'opposition et la très influente Conférence épiscopale congolaise (Cenco) s'impatientent et soupçonnent le régime de Joseph Kabila de préparer l'opinion publique à une manipulation des résultats pour imposer le candidat du pouvoir.

Selon Donald Trump, ce déploiement de militaires a été décidé "conformément à ma responsabilité de protéger les citoyens américains, chez nous et à l'étranger, et dans le respect des intérêts de la sécurité nationale et de la politique étrangère des États-Unis, conformément à mon pouvoir constitutionnel de diriger les relations extérieures des États-Unis et en tant que commandant en chef et chef Exécutif".

Recommande: