Europe : Les ONG de sauvetage de migrants sont de retour en Méditerranée

09 Janvier, 2019, 15:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Des membres de l'ONG Proactiva Open Arms débarquent une migrante au port de Palma de Majorque le 21 juillet 2018.                  REUTERS  Juan Medina

Face à cette situation, a poursuivi le chef de l'Eglise catholique, " j'adresse aux dirigeants européens un sincère appel à démontrer une solidarité concrète envers ces personnes ".

Selon Le Monde, les autorités néerlandaises et allemandes se seraient également déclarées disposées à accueillir certains des migrants, mais seulement dans le cadre d'un effort partagé européen.

Les migrants sont originaires pour la plupart du Nigeria, de Libye et de Côte d'Ivoire.

Redoutant de voir les arrivées dans ses eaux se multiplier à l'avenir maintenant que les navires de secours plus au sud se sont raréfiés, Malte ne veut pas d'une solution "à court terme" et cherche une solution "plus complète et globale", a expliqué à l'AFP une source gouvernementale à La Valette. Sur les 249 (migrants) présents à Malte et les 49 à bord du Sea-Watch and Sea-Eye, 220 personnes seront redistribuées dans d'autres pays membres ou rentreront dans leur pays d'origine', a déclaré Joseph Muscat au cours d'une conférence à Malte. "Les Etats doivent mettre en œuvre un mécanisme régional qui donne aux capitaines de navires des indications claires et prévisibles sur l'endroit où débarquer les réfugiés et les migrants secourus en Méditerranée". Les pays d'Afrique du Nord, notamment en leur qualité de pays de transit, refusent d'être "pris en sandwiche" entre les pays pourvoyeurs de réfugiés et de migrants, majoritairement ceux de la bande sahélo-saharienne, et les pays d'accueil de la rive nord de la méditerranée.

Les 49 migrants sont bloqués depuis dix-huit jours sur le Sea-Watch et le Sea-Eye, deux navires d'ONG allemandes qui ont été autorisés à s'abriter dans les eaux maltaises, mais pas à accoster sur l'archipel. Ces deux bateaux sont affrétés par des ONG allemandes.

" La situation est évidemment tendue".

Dans le cas concret des 49 migrants, la Commission européenne est en charge de la coordination. Selon le HCR, plus de 55 000 personnes sont arrivées en Espagne par la mer en 2018 contre 22 000 en 2017. A quelques mois des élections européennes et la crainte d'une montée du populisme et de l'extrême droite, la paralysie semble totale. "Un nouveau record de la honte", affirmait sur Twitter un collectif d'associations humanitaires et de défense des droits de l'homme.

Dans un communiqué, cette ONG appelle également "les pays européens, à commencer par Malte et l'Italie, à offrir un abri sûr (à ces migrants), conformément au droit international". Alors que le HCR vient de faire état de 2 262 migrants morts en Méditerranée en 2018, "aucun Etat européen n'a encore accepté de faire entrer ces embarcations dans l'un de ses ports", déplorent les sept ONG.

Recommande: