Pétrole : En attendant la réaction du marché

07 Janvier, 2019, 13:39 | Auteur: Aubrey Nash
  • LES COURS DU PÉTROLE TERMINENT EN HAUSSE

Les experts de l'OPEP s'attendent à une hausse des cours du baril de brent entre 65 et 70 dollars/baril à partir d'avril prochain, mais certains analystes l'estiment en dessus de 70 dollars en moyenne en 2019, contre 72 dollars en 2018.

Le groupe pétrolier saoudien, le géant Saudi Aramco, a augmenté ses prix à la vente vers l'Asie malgré la chute des cours sur le marché mondial, "ce qui reflète le programme de baisse marquée des exportations", ont commenté les analystes de JBC Energy. "Avant la réunion de l'Opep en décembre, JP Morgan avait déclaré que si l'Organisation n'allait pas réduire de plus de 1,2 million de barils/jour, et c'est ce qu'elle a fait pour le premier semestre et non pas pour l'ensemble de l'année, nous pourrons s'acheminer vers notre scénario de prix bas qui est de 55 dollars pour 2019", a-t-il dit.

Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi, les marques d'une baisse de la production de l'Opep permettant de reléguer au second plan les craintes d'un ralentissement de la demande.

En effet, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'est établi ce mercredi à 54,91 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en enregistrant une hausse de 1,11 dollar par rapport à la veille, soit une augmentation de 2,06%.

Selon l'enquête Reuters, l'Opep a pompé pour 32,68 millions de barils par jour (bpj) le mois dernier, un chiffre en baisse de 460.000 bpj par rapport à novembre et le plus fort recul mensuel depuis janvier 2017. Ryad a ainsi "pris de l'avance sur son engagement à réduire sa production, ce qui est considéré comme un signal encourageant", a remarqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Par ailleurs, les baisses de production annoncées par l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et par ses partenaires début décembre commencent à être reflétées dans les données.

Les investisseurs doivent toutefois prendre également en compte l'essor de la production des Etats-Unis, qui est devenu le premier producteur mondial d'or noir avec l'exploitation du pétrole de schiste.

Recommande: