"Le seul problème de l'économie américaine est la Fed" — Trump

25 Décembre, 2018, 20:08 | Auteur: Aubrey Nash
  • TRUMP RENOUVELLE SES ATTAQUES CONTRE LA FED

Donald Trump s'en est pris (une fois de plus) à la Banque centrale américaine (Fed), qu'il a accusé d'être "le seul problème de l'économie" américaine. "Ils ne sentent pas le marché, ils ne comprennent pas nécessairement les guerres commerciales".

"La Fed est comme un joueur de golf puissant qui ne peut pas mettre la balle dans le trou car il manque de précision".

Ces critiques acérées contre la puissante institution, qui a pour double mission de maîtriser l'inflation et de viser le plein emploi, sont publiées alors que la Bourse de New York continue de reculer en cette veille de Noël, après avoir enregistré sa pire chute hebdomadaire depuis la crise financière de 2008.

L'indice NASDAQ, à forte coloration technologique, a lâché 2,21% pour clôturer à 6.192,92 points.

Selon des médias américains rapportant certaines sources, le locataire de la maison blanche aurait commencé à discuter avec ses conseillers sur la faisabilité d'un limogeage du patron de la Réserve Fédérale américaine, Jérôme Powell. La semaine dernière, il avait exhorté le président de l'institution Jerome Powell à ne pas augmenter ses taux d'intérêt, estimant que ce serait "une erreur".

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a organisé une conférence téléphonique avec les régulateurs des marchés financiers et le président du Groupe de travail sur les marchés financiers, organisme seulement convoqué en cas de grande volatilité des marchés. Il est surnommé "l'équipe de protection contre les plongeons boursiers".

Fait très inhabituel, Steven Mnuchin a aussi dévoilé dimanche 23 décembre avoir eu des discussions individuelles avec les patrons des six principales banques des États-Unis, Brian Moynihan (Bank of America), Michael Corbat (Citi), David Solomon (Goldman Sachs), Jamie Dimon (JP Morgan Chase), James Gorman (Morgan Stanley) et Tim Sloan (Wells Fargo) qui lui "ont confirmé avoir d'amples liquidités disponibles pour les prêts aux consommateurs, pour les opérations de marchés et pour toutes les autres opérations".

Dans une interview accordée il y a dix jours à l'agence Reuters, Donald Trump jugeait "ridicule" le relèvement des taux qui complique le financement des déficits creusés par la politique fiscale et économique de son administration.

L'annonce d'un ralentissement économique intervient en outre au moment où le 45 président des États-Unis n'est jamais paru aussi isolé.

Recommande: