Christophe Castaner appelle à lever les blocages des "gilets jaunes"

20 Décembre, 2018, 08:45 | Auteur: Lynn Cook
  • France: le ministre de l’intérieur appelle les “Gilets jaunes” à cesser les blocages des ronds-points

"Ça suffit", "on ne peut pas continuer à paralyser l'économie française", a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner pour justifier les premières évacuations de ronds-points occupés par les Gilets jaunes, qui se poursuivaient mardi, notamment en Bretagne.

LIRE AUSSI Les gilets jaunes dopent-ils le commerce en ligne?

Alors que le syndicat Alliance a demandé "à tous les policiers de France de ne sortir que sur appel" sous le mot d'ordre "fermons les commissariats", le ministre s'est voulu rassurant.

La mobilisation des gilets jaunes, lancée le 17 novembre contre la hausse des taxes sur les carburants avant de s'élargir à la question plus globale du pouvoir d'achat, a connu un net recul samedi, à l'occasion d'une cinquième journée de manifestation nationale, avec 66 000 manifestants comptabilisés par le ministère de l'Intérieur, contre 136 000 lors des deux week-ends précédents.

"Il n'y a pas de rupture".

En Nouvelle-Aquitaine, les évacuations se passaient dans le calme comme à Couzeix, en Haute-Vienne, où un journaliste du Populaire du Centre a constaté que les Gilets jaunes démontaient eux-mêmes leur "baraquement", à la différence du rond-point Grossereix, à Limoges, où les forces de l'ordre sont intervenues mardi matin.

En marge des syndicats, un mouvement baptisé "gyros bleus" et relayé sur les réseaux sociaux par des policiers en colère agite le souvenir du mouvement de fronde inédit qui a surgi à l'automne 2016 au sein de la base policière, après l'attaque au cocktail molotov dont ont été victimes des fonctionnaires à Viry-Chatillon (Essonne).

Le mois de crise des "gilets jaunes" qui vient de s'écouler, avec un niveau de mobilisation des forces de l'ordre rarement atteint et des confrontations parfois très violentes avec les manifestants, n'a rien arrangé. Une annonce probablement destinée à calmer la colère des forces de l'ordre.

Christophe Castaner a appelé lundi à césser la mobilisation des gilets jaunes.

275 millions d'euros. C'est la somme que "l'État doit actuellement à ses policiers au titre des heures supplémentaires (.) depuis des dizaines d'années" selon Christophe Castaner.

Mais pour Beauvau, le chemin budgétaire est étroit car le gouvernement a accordé de lourdes concessions pour répondre aux revendications des "gilets jaunes" au risque de faire déraper les finances publiques. "Ça nous prendra un peu de temps, on ne trouve pas comme ça en quelques semaines un tel montant".

Recommande: