Les États-Unis envisageraient de retirer leurs troupes de Syrie

19 Décembre, 2018, 20:28 | Auteur: Lynn Cook
  • Les États-Unis envisageraient de retirer leurs troupes de Syrie

Donald Trump a déclaré mercredi que le groupe Etat islamique avait été vaincu en Syrie, ajoutant que cet objectif était la seule raison de la présence américaine, tandis que plusieurs responsables américains ont déclaré à Reuters que Washington étudiait la possibilité de retirer la totalité des troupes américaines déployées en Syrie. "C'est un retrait total ", qui interviendra " aussi vite que possible", a cette fois détaillé un responsable américain cité par l'AFP, en précisant que la décision avait été prise ce mardi.

"Nous avons commencé à ramener les troupes américaines à la maison alors que nous passons à la phase suivante de cette campagne", a précisé sa porte-parole, Sarah Sanders, dans un communiqué.

Le tweet de Donald Trump n'est pas plus clair. Les Etats-Unis disposent actuellement de 2000 hommes environ en Syrie.

Ce retrait a été décidé par le président Donald Trump lui-même, à l'issue d'une conversation avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui considère les FDS comme "terroristes", selon le Wall Street Journal.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu'Israël, informé par avance par les Etats-Unis, allait étudier les retombées d'un retrait américain de Syrie, mais "saurait se défendre" contre les éventuelles menaces venues de chez son voisin.

Mais plusieurs membres de son administration ont exprimé leurs différences sur ce dossier sensible.

Au printemps, lorsque le sujet avait été remis sur la table, un compromis pour confirmer le statu quo sans heurter la susceptibilité du magnat de l'immobilier avait été trouvé: l'administration avait affirmé que le retrait restait l'objectif, mais aucun calendrier n'avait été fixé.

La semaine dernière encore, l'émissaire des Etats-Unis pour la coalition internationale antidjihadistes, Brett McGurk, assurait que les Américains avaient vocation à rester encore pendant un bon moment en Syrie. "Nous devons éviter de laisser en Syrie un vide qui puisse être exploité par le régime d'Assad ou ses soutiens", avait-il ainsi expliqué en juin. Pas de véritable stratégie sur l'Iran (.) Beaucoup de questions.

Recommande: