Les gilets jaunes divisés après le discours de Macron — "Ouverture" ou "blabla"

12 Décembre, 2018, 17:40 | Auteur: Aubrey Nash
  • Des gilets jaunes écoutent le discours d'Emmanuel Macron sur un rond-point à Brest

"Le reste ça va être la solidarité, le budget de l'état, qui va permettre de compléter ces salaires sans avoir une charge supplémentaire pour les entreprises". Le chef de l'État a annoncé une série de mesures et promis une large consultation pour répondre aux revendications de la rue. "De l'enfumage", concluent de nombreux Gilets jaunes sur Facebook, qui estiment qu'Emmanuel Macron joue sur les mots. Elles sont sonnantes et trébuchantes.

Les salariés au niveau du Smic vont percevoir une hausse de 100 euros par mois "sans qu'il en coûte rien à leur employeur. Quant aux retraités " pour ceux qui touchent moins de 2000 euros par mois, nous annulerons en 2019, la hausse de la CSG subie cette année", a annoncé Emmanuel Macron dans son "adresse à la Nation" lundi soir.

La défiscalisation des heures supplémentaires est aussi accueillie favorablement par 78% des personnes interrogées, tout comme la défiscalisation des primes de fin d'année, considérée comme une réponse adaptée par 60% des Français. Ainsi, ils sont68% à juger que la hausse du salaire des travailleurs au SMIC de 100 euros "répond" aux demandes des gilets jaunes. Assis à son bureau pour une allocution enregistrée au palais de l'Elysée, Emmanuel Macron est apparu en effet très crispé. Voici ce qu'il fallait retenir de la déclaration du Président de la République. Il veut même accélérer puisque, selon lui, c'est pour cela qu'il a été élu il y a un an et demi.

"Je prends ma part de cette responsabilité". Alors, "Macron est condamné à composer avec cette colère désormais visible".

Emmanuel Macron a décidé de passer à l'offensive pour le pouvoir d'achat. Et ce "pour les mobiliser et apporter des réponses concrètes à la situation économique et sociale", indique l'Elysée dans un communiqué.

Plus de trois semaines après le début de la crise des gilets jaunes, la réaction du président de la République était particulièrement attendue. Une allusion aux propos cash qu'il affectionne mais qui provoquent systématiquement des polémiques.

Ces "violences inadmissibles (.) ne bénéficieront d'aucune indulgence", a averti le chef de l'Etat.

- La consultation nationale annoncée sera élargie à la représentation politique, au mode de scrutin, prise en compte du vote blanc, au rôle des maires, à la décentralisation, organisation de l'Etat.

"Mon seul souci, c'est vous". Et de conclure: "Nous réussirons".

Oui, car le noyau dur de manifestants se dit plus déterminé que jamais...

...

Plus largement, les Français étaient eux partagés sur la poursuite du mouvement après les annonces du président. "Redonnez de la vitalité à ce que vous représentez", leur avait lancé le président.

"Le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, s'est montré sévère ce mardi matin sur CNews". La présidente de la FNSEA avait ainsi salué le fait que "le président et le gouvernement aient pris conscience de la nécessité de travailler davantage avec les corps intermédiaires".

"Je n'ai pas oublié cet engagement", a-t-il affirmé, disant "vouloir une France où nous pouvons vivre dignement de son travail".

Recommande: