Les conservateurs vont déclencher un vote de défiance contre Theresa May — Brexit

12 Décembre, 2018, 21:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Theresa May joue son leadership ce mercredi

Les députés Tories ont adressé un nombre suffisant de lettres, soit au moins 48, pour déclencher un vote de défiance au sein du parti contre la Première ministre britannique, a confirmé ce mercredi Graham Brady, le président du " comité 1922", un comité interne au parti où ne siègent pas les députés ayant une fonction ministérielle. La Première ministre sera renversée si au moins 159 députés conservateurs - sur 316 - s'expriment contre elle.

Le vote des députés conservateurs sera organisé entre 18 et 20 heures locales à la chambre des Communes, a annoncé le président du Comité, Graham Brady. Le résultat sera annoncé aussi vite que possible.

La Première ministre britannique Theresa May a déclaré mercredi qu'elle se battrait "de toutes ses forces" contre le vote de défiance déclenché par des députés de son Parti conservateur.

Mercredi, à la veille d'un sommet européen qui doit encore tourner autour du Brexit, Mme Merkel a déclaré avoir toujours "l'espoir" qu'un terrain d'entente soit trouvé pour permettre une sortie "ordonnée" du Royaume-Uni, mais prévenu que l'accord trouvé ne serait pas modifié. Ministre de l'Environnement et pourfendeur des matières plastiques, cet eurosceptique, lieutenant de Boris Johnson pendant la campagne référendaire, est une des principales cautions pro-Brexit du gouvernement May.

Une décision qui visait à épargner à Theresa May l'humiliation d'un rejet massif du texte par les députés, mais qui a encore attisé la colère des " MPs " de son propre camp.

Au cas contraire, le parti conservateur devra désigner un autre leader.

Les frondeurs conservateurs ont réuni le quota des 48 lettres nécessaires pour déposer une motion de censure contre le gouvernement.

Mme May avait annoncé lundi, à la dernière minute, le report du vote sur l'accord de Brexit prévu le lendemain au Parlement britannique, pour éviter une probable défaite sur ce texte qui déplaît autant aux plus fervents "Brexiters", qui craignent un arrimage permanent du Royaume-Uni à l'UE, qu'aux europhiles, qui espèrent encore pouvoir faire marche arrière. "Nous voulons être certains que ce n'est que temporaire".

Les Brexiters conservateurs, comme l'allié nord-irlandais de Theresa May, le petit parti unioniste DUP, contestent en particulier la solution dite de "backstop" ou "filet de sécurité" qui doit créer provisoirement un "territoire douanier unique", englobant l'UE et le Royaume-Uni, pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord. Aussitôt connue la nouvelle de ce vote de défiance contre la Première ministre, plusieurs ministres de son gouvernement lui ont apporté son soutien sur Twitter. Ce qui est sûr, c'est que Theresa May doit obtenir la majorité en sa faveur pour espérer l'emporter.

"Il est clair que l'UE à 27 veut aider. C'est l'assurance que je vais chercher dans les jours qui viennent", a ajouté la Première ministre qui a aussi rencontré la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Recommande: