"Je regrette la volte-face de la N-VA" — Charles Michel

10 Décembre, 2018, 02:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Belgique: Le parti nationaliste de la N-VA quitte la coalition

Didier Reynders (MR) reprendra le portefeuille de la Défense et deviendra donc un "super ministre" puisqu'il gardera les Affaires étrangères, les Affaires européennes, Beliris et les institution culturelles fédérales. Zuhal Demir (N-VA) laisserait l'Égalité des chances à Kris Peeters (CD&V).

Le président de la N-VA avait prévenu le premier ministre Charles Michel que si ce dernier se rendait à Marrakech pour valider ce document, la coalition cesserait d'exister. "C'est pour moi une question de principes", a encore dit le vice-premier ministre. Le vice-premier ministre Open-Vld Alexander De Croo prendrait la tête du ministère des Finances à la place de Johan Van Overtveldt et se verrait remplacé par Philippe De Backer (Open Vld) aux Telecom.

Le Premier ministre, Charles Michel, a convoqué un conseil des ministres ce dimanche à 15h. La N-VA a maintenu que si Charles Michel se rendait au Maroc, le gouvernement devrait continuer sans elle.

Maggie De Block (Open Vld) reste ministre des Affaires sociales et de la Santé, compétences auxquelles elle ajoute l'Asile et la Migration - qu'elle avait gérés lors de la législature précédente - après le départ de Theo Francken.

Pieter De Crem hérite de l'Intérieur et de la Sécurité, qui étaient gérés par Jan Jambon.

Après quatre ans de coalition au pouvoir en Belgique, les ministres nationalistes flamands claquent la porte du gouvernement. "Nous avons dit que si la coalition se rend à Marrakech, ce sera sans nous", a dit M. Jambon. Le Roi doit encore confirmer ces modifications.

Les ministres fédéraux du MR, du CD&V et de l'Open Vld qui forment à présent le gouvernement Michel II ont tenu dimanche après-midi leur première réunion en Conseil des ministres au 16 rue de la Loi.

Des contacts seront également pris avec les partenaires sociaux, via 'le groupe des dix'réunissant les instances dirigeantes des organisations syndicales et patronales, pour présenter le programme d'actions du gouvernement. Le parlement doit encore approuver le budget. Auparavant, le Premier ministre belge s'était rendu auprès du roi afin d'annoncer la recomposition du gouvernement. Il a fallu la ténacité de l' opposition pour révéler la vraie nature de ce parti et forcer #CharlesMichel à renoncer à son alliance néfaste pour nos citoyens et déstabilisante pour notre pays. "Nous allons voir comment nous pourrons travailler avec le parlement", a poursuivi le chef de file MR, désormais membre d'un gouvernement minoritaire, dans les deux rôles linguistiques. Le sp.a a indiqué qu'il ne soutiendrait pas ce gouvernement minoritaire.

Recommande: