David Hallyday : la playlist Essentiel

10 Décembre, 2018, 16:42 | Auteur: Sue Barrett
  • Thibault Camus  AFP

Depuis le décès de Johnny Hallyday le 5 décembre 2017, sa tombe est toujours recouverte de fleurs, peluches, bougies et petits mots.

Si le président français, Emmanuel Macron, était présent aux obsèques et hommage populaire du Taulier, Johnny Hallyday, il y a un an, hommage au cours duquel, il a même prononcé un discours, rappelons-le, ce dernier a catégoriquement refusé de payer ou de contribuer à la facture "salée" de cette cérémonie nationale et même internationale, car diffusée par TF1 pour le monde entier. Entourée de ses amies fidèles et d'une centaine de fans, la veuve a entonné des titres de Johnny et pleuré sur sa tombe.

À l'approche du premier anniversaire de la mort du chanteur, les visites autour de la tombe se font plus nombreuses, par groupes de deux ou trois personnes. "Nous ne sommes pas spécialement fan, mais Johnny était une icône, il a marqué plusieurs générations", explique l'une d'elles. "C'est devenu le passage obligé", admet la résidente. Mais pas d'effet de masse: la courte piste d'atterrissage de l'aéroport ne peut accueillir que des avions de 20 passagers. "Il y a déjà sur notre île des personnes venues de loin en l'honneur de Johnny". Le coût et la disponibilité de l'hébergement restent prohibitifs.

"Le phénomène est complètement exagéré", affirme Jean-Claude Latournerie, patron de la compagnie maritime Voyager, assurant la navette entre l'île de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

L'AFP était sur les lieux et parle d'une soixantaine de personnes.

"Pour lui, si la présence des admirateurs du chanteur est permanente sur l'île, les visites se font au compte-gouttes". Il y a un petit impact, mais à l'échelle de Saint-Barthélemy, ça reste confidentiel.

Recommande: