Carlos Ghosn inculpé pour dissimulation de revenus sur 5 ans, Nissan aussi

10 Décembre, 2018, 08:25 | Auteur: Aubrey Nash

Carlos Ghosn est accusé d'avoir, avec l'aide de Greg Kelly, déclaré environ la moitié des quelque 10 milliards de yens (78 millions d'euros) de sa rémunération perçue sur une période de cinq ans allant jusqu'à 2010.

Nissan n'a pas été épargné et a également été inculpéen tant qu'entité morale, selon l'agence Kyodo et la chaîne publique NHK, le parquet jugeant que la responsabilité de l'entreprise est également engagée, car elle est l'entité ayant remis les rapports incriminés aux autorités boursières. Concrètement, cela va relancer une procédure de garde à vue pouvant durer 22 jours à partir de lundi.

L'enquête ne s'arrêtera vraisemblablement pas là. Le parquet japonais va en effet requérir un nouveau mandat d'arrêt contre le PDG de Renault, sur de nouveaux soupçons de minoration de revenus. Les investigations pourraient aussi ultérieurement être étendues à d'autres motifs, Nissan reprochant à son ancien sauveur d'avoir commis des abus de biens sociaux, tels que l'usage de résidences de luxe aux frais du groupe.

Tout juste sait-on que "le suspect Ghosn", comme l'a rebaptisé la presse nippone, nie toute malversation.

Les procureurs ont pour l'instant communiqué a minima et la défense de Carlos Ghosn, menée par Motonari Ohtsuru, un ex-procureur spécialiste des grandes affaires financières, ne s'est pas publiquement exprimée. "Il est dans un état d'esprit vaillant et combatif", indique-t-on au siège de Boulogne-Billancourt.

"Nous sommes tous Carlos Ghosn" est le slogan en anglais de cette campagne lancée par une société privée en soutien à l'architecte de l'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi, qui a conservé des attaches profondes avec le Liban. Il s'occupe à lire livres et magazines quand il n'est pas interrogé par les enquêteurs. Loin de son style de vie fastueux, M. Ghosn, dont l'arrestation a provoqué un coup de tonnerre dans le monde des affaires, séjourne à présent dans une cellule d'un établissement pénitentiaire du nord de Tokyo.

Le constructeur français regrette de n'avoir toujours pas pu obtenir de son partenaire japonais une transmission, d'avocat à avocat, de la totalité des pièces à charge.

Recommande: