Aucune intervention politique lors de l'arrestation d'une dirigeante de Huawei

10 Décembre, 2018, 01:26 | Auteur: Lynn Cook
  •  Aucune intervention politique lors de l'arrestation d'une dirigeante de Huawei

Le ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué dimanche l'ambassadeur des États-Unis à Pékin pour "protester énergiquement" contre l'arrestation de Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, indique un communiqué du ministère.

Vendredi dernier, le premier jour de l'audience sur la libération sous caution de Meng devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver, les procureurs ont révélé la nature des charges. Elle a été arrêtée le 6 décembre 2018 au Canada.

Selon un procureur canadien, les États-Unis accusent Meng d'avoir dissimulé des liens existant entre l'équipementier télécoms chinois et une firme qui essayait de contourner les sanctions américaines contre l'Iran.

La dirigeante, dont les Etats-Unis demandent l'extradition, est accusée de "complot d'escroquerie au détriment de plusieurs institutions financières", un chef d'accusation passible de plus de 30 ans de prison, a-t-il poursuivi.

Le représentant du gouvernement s'est opposé à la remise en liberté conditionnelle de la fille de Ren Zhengfei, fondateur de Huawei en 1987 et ancien membre de l'armée chinoise.

La dirigeante était membre du conseil d'administration de SkyCom il y a une dizaine d'années, mais la société a été vendue depuis, selon son avocat, David Martin. Il a estimé qu'elle avait de bonnes raisons pour être tentée de fuir le Canada et rentrer en Chine.

Mme Meng en a les moyens financiers, la Chine et les États-Unis n'ont signé aucun traité d'extradition et Mme Meng a "l'habitude d'éviter les États-Unis depuis qu'elle a pris conscience qu'une enquête criminelle la visait", a expliqué M. Gibb-Carsley.

Elle s'engagerait par ailleurs à rendre ses passeports, à porter un bracelet électronique et à financer sa propre surveillance pendant la procédure.

Meng Wanzhou a été arrêtée à l'aéroport de Vancouver, attisant les tensions entre Pékin et Washington au moment où les deux pays venaient de convenir d'une trève dans leur différend commercial.

Cette affaire pourrait compliquer les négociations commerciales entre Washington et Pékin, alors que la rencontre du 1er décembre à Buenos Aires, en marge du sommet du G20, entre les présidents américain et chinois s'était conclue par l'annonce d'une trêve dans la guerre commerciale sino-américaine.

La Chine avait aussi convoqué l'ambassadeur du Canada samedi et exhorté la partie canadienne à libérer immédiatement Meng Wanzhou, sinon " le Canada devra assumer la pleine responsabilité des graves conséquences causées ".

Justin Trudeau a refusé de donner plus de détails, si ce n'est qu'Ottawa a été mis au courant du projet quelques jours auparavant.

Sur les réseaux sociaux chinois, plusieurs internautes ont réagi en appelant au boycott des iPhone produits par Apple au profit des téléphones Huawei.

Recommande: