Le Maire et Darmanin suggèrent une prime défiscalisée — Pouvoir d’achat

07 Décembre, 2018, 20:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • Vers une prime de 1000 euros pour les salariés

Par ailleurs, en plus d'une défiscalisation, il est envisagé une exonération de cotisations sociales, salariales et patronales, à l'exclusion de la CSG/CRDS.

Dans tous les cas, cette mesure ne profitera qu'aux salariés dont les employeurs décident de verser une telle prime.

Et maintenant, un coup de pouce pour les salariés? Le gouvernement doit en effet "trouver 4 milliards de recettes (ou d'économies) afin de ne pas dévier de la trajectoire prévue de la dette" en compensant l'annulation des hausses de taxes sur les carburants, relève Joël Giraud. Une proposition venue d'une association de chefs d'entreprises, reprise par l'opposition.

Les entreprises veulent bien contribuer à une hausse du pouvoir d'achat, mais pas sans une aide de l'État.

"Une prime totalement défiscalisée, j'y suis favorable, car ça permet de soutenir ceux qui travaillent", a affirmé Bruno Le Maire sur France 2.

Ce jeudi, plusieurs ministres ont approuvé cette idée.

Pour redonner du pouvoir d'achat aux Français, en pleine crise des "gilets jaunes", Bruno Le Maire et Gérald Darmanin se sont déclarés favorables à l'instauration d'une prime de fin d'année défiscalisée jeudi. "Si les entreprises, et nous les encourageons à le faire, peuvent mieux redistribuer la différence entre le capital et le travail, j'y suis personnellement favorable", a abondé Gérald Darmanin sur France Inter. Selon son entourage, cette prime pourrait être versée par l'entreprise en deux fois, par exemple en juin et décembre. Quant à son montant, le président (LR) de la région des Hauts-de-France Xavier Bertrand estime qu'il pourrait "monter jusqu'à 1.000 euros, de l'ordre d'un petit Smic".

Recommande: