Encore des lycées perturbés ce mardi — Blocages et incidents

07 Décembre, 2018, 07:06 | Auteur: Lynn Cook
  • Manifestation Toulouse

Le rectorat a confirmé qu'une vingtaine de lycées de l'agglomération avaient été impactés à des degrés divers par le mouvement, soulignant que plusieurs avaient été bloqués par des barrages avec des poubelles et des barrières.

Dans l'académie de Créteil, une voiture a été incendiée et un magasin de téléphonie pillé près d'un lycée d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où des heurts ont impliqué des dizaines de jeunes qui scandaient "Macron démission", selon des sources concordantes. Le hall d'entrée du lycée Saint-Exupéry de Blagnac a été incendié et l'établissement a fermé ses portes. À Villiers-le-Bel, les forces de l'ordre ont reçu des "jets de projectiles", selon une source policière. Après quelques échauffourées avec les CRS qui ont lancé des palets lacrymogènes sur les jeunes, le mouvement de foule s'est calmé grâce aux membres de la CGT présents sur les lieux pour protéger et soutenir, entre autres, les lycéens. Selon une source proche du dossier, l'établissement, qui accueille des internes, avait été évacué.

À Tolbiac, une assemblée générale rassemblant plusieurs centaines d'étudiants a voté la "poursuite du blocage du site" au moins jusqu'à vendredi, a constaté un journaliste de l'AFP.

" On est arrivés, on a vu tout brûler, on était complètement impuissants, on ne pouvait pas intervenir ", témoigne l'un d'entre eux, cité par l'agence.

La mobilisation des lycéens à Toulouse se poursuivait jeudi, avec des blocages d'établissements et une manifestation ponctuée de violences, a indiqué la préfecture de la Haute-Garonne.

Tout comme dans l'académie de Lille et d'autres grandes villes de France, des manifestations dans le cadre du mouvement de protestation des lycéens ont eu lieu ce mardi à Toulouse.

Les deux lignes de métro sont interrompues ainsi que les deux lignes de tramway et l'ensemble du réseau de bus, "suite à des actes de vandalisme et pour des raisons de sécurité". Sept personnes ont été interpellées. Deux jeunes majeurs doivent aussi être déférés.

Vers 11h30, le ministère de l'Éducation nationale recensait des perturbations, blocages de lycées ou incidents dans plusieurs académies, notamment Marseille et Créteil, deux des points chauds de la mobilisation de ces derniers jours.

Les mots d'ordre des syndicats lycéens (UNL, SGL, Fidl.) évoquent les réformes du bac et du lycée, la plateforme d'accès aux études supérieures Parcoursup ou encore la création du service national universel (SNU), à laquelle ils s'opposent. Alors que des blocages et des manifestations de lycéens se poursuivent ce mercredi à Bordeaux, Grenoble, Montpellier ou Nantes, les facultés sont à leur tour gagnées par la vague de contestation des " gilets jaunes " avec la mobilisation d'étudiants opposés à l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiants résidant hors de l'Espace économique européen.

Recommande: