Un syndicat de police appelle à la grève — Gilets jaunes

06 Décembre, 2018, 17:07 | Auteur: Aubrey Nash
  • Gilets jaunes: un syndicat de police appelle à la grève illimitée samedi

Le syndicat de police Vigi a lancé un appel à la grève illimitée à partir de samedi, en soutien au mouvement des gilets jaunes, comme l'annonce BFM TV.

Selon le secrétaire général de l'ancienne fédération CGT-Police (le syndicat a été rebaptisé en juin 2017), lors de la même interview, "il y a un vrai ras-le-bol chez les policiers, et ils sont majoritairement solidaires du mouvement" des "gilets jaunes".

"Notre préoccupation est de boucler la fin du mois et non de changer les moquettes de l'Élysée pour 300.000 euros", est-il notamment écrit dans le communiqué diffusé par l'organisation syndicale, qui représente des personnels administratifs et techniques du ministère situé place Beauvau. Or, d'après les représentants du syndicat s'exprimant dans ce communiqué, "le président de la République a pris [les policiers] pour des 'mercenaires' en voulant nous 'acheter' avec une prime d'un montant inférieur du coût des heures sup sur la journée du 1er décembre". Vigi se dit néanmoins prêt à "trouver des solutions permettant d'améliorer le pouvoir d'achat des personnels du Ministère de l'Intérieur et par extension des Français". Au terme d'un weekend marqué par des violences exceptionnelles à Paris, Emmanuel Macron avait effectivement annoncé lors d'un déjeuner avec des CRS qu'un bonus serait versé aux fonctionnaires de police.

Notre hiérarchie va encore nous envoyer prendre les coups à sa place et à la place du gouvernement le samedi 8 décembre. "Nous savons que nous aurons des blessés et nous craignons d'avoir des morts parmi nous, à cause de l'incompétence de directeurs", s'insurge le syndicat qui alerte: "Sans les adjoints techniques et ouvriers cuisiniers, les compagnies de CRS peuvent être immobilisées". Sauf que ce n'est pas un jeu. Elle appelle tous ceux n'ayant pas reçu de formation de maintien de l'ordre "à faire valoir leur droit de retrait". "(.) La conscience professionnelle a ses limites, quand nous sommes dirigés par des inconscients".

Après un appel aux adhérents à aller se faire arrêter par un médecin, le texte se conclut ainsi: "N'allez pas ruiner votre santé pour des personnes qui vous méprisent".

Recommande: