Macron hué lors de sa visite au Puy-en-Velay

06 Décembre, 2018, 01:21 | Auteur: Lynn Cook
  • MACRON

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a invité " les gilets jaunes raisonnables " à ne pas se rassembler à Paris samedi, et a promis d'accroître la mobilisation des forces de l'ordre en France.

S'ils condamnent les violences et les dégradations commises samedi au Puy-en-Velay, les deux sénateurs et les deux députés ont modéremment apprécié de ne pas être conviés à l'occasion de la visite surprise d'Emmanuel Macron.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé, mardi 4 décembre, un moratoire sur la hausse de la taxe sur le carburant prévue au 1er janvier. Le président de la République s'est adressé à une centaine d'agents présents. "Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences", a-t-il précisé, signifiant que le gel pourrait le cas échéant se transformer en abandon pur et simple.

C'est mal parti: les annonces ont été jugées décevantes par les Gilets jaunes, selon leurs porte-paroles.

Des dizaines de lycées restent perturbés ou bloqués au troisième jour de la mobilisation contre les réformes du gouvernement dans l'éducation.

Emmanuel Macron n'a ensuite pas souhaité intervenir, un silence pris pour de l'indifférence qui lui a valu de nombreuses critiques, et a renforcé la colère des manifestants.

Selon un conseiller de Matignon, il n'est "pas sûr que l'exécutif ait tout mis sur la table", gardant quelques cartouches au cas où la grogne perdure, comme la suppression anticipée de la taxe d'habitation. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: