Les chiffres clés du rapport de l'OMS — SANTÉ/Paludisme en Afrique

23 Novembre, 2018, 14:56 | Auteur: Jonathan Ford
  • Rapport OMS 2017: 219 millions de cas de paludisme enregistrés dont 200 millions en Afrique

Genève, le mardi 20 novembre 2018 - "La baisse du nombre de cas de paludisme s'est arrêtée après plusieurs années de diminution dans le monde " s'alarme l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un rapport publié aujourd'hui.

La plupart des 219 millions de cas de paludisme en 2017, à savoir 200 millions (91%), ont été enregistrés en Afrique, et les dix pays du continent les plus durement touchés par la maladie auraient enregistré 3,5 millions de cas supplémentaires par rapport à 2016.

Parmi ces pays figurent le Nigeria, Madagascar, la République démocratique du Congo (RDC) et l'Ouganda. Mais le monde fait face à une nouvelle réalité: "avec la stagnation des progrès, nous risquons de dilapider des années de travail, d'investissements et de succès dans la réduction du nombre des personnes souffrant de cette maladie", déplore le directeur général de l'OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le rapport annuel de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) révèle ainsi une situation à risque pour de nombreuses personnes, en particulier dans 11 pays majoritairement situés en Afrique subsaharienne.

Pour la seconde année consécutive, le Rapport sur le paludisme dans le monde, produit par l'OMS, met en évidence un palier dans le nombre des personnes touchées par le paludisme.

Parmi les rares bonnes nouvelles à souligner dans le rapport, le Rwanda et l'Éthiopie ont respectivement enregistrés une baisse de 436 000 et 240 000 cas par rapport à 2016. "Par ailleurs, il y a moins d'habitations protégées par les pulvérisations intradomiciliaires à effet rémanent qu'avant et l'accès aux traitements préventifs protégeant les femmes enceintes et les enfants reste trop limité ". Signe positif, cependant, la baisse de la mortalité observée au niveau mondial a été particulièrement forte sur le continent, qui compte pour 88% des 172 000 morts en moins constatés depuis 2010. "Le fait qu'" un enfant de moins de cinq ans meurt toutes les deux minutes de cette maladie évitable et guérissable est inacceptable ", a rappelé Tedros Adhanom Ghebreyesus.

De ce budget, 2,2 milliards de dollars des investissements réalisés sur l'année ont été fait en direction de l'Afrique, contre 300 millions pour l'Asie du Sud-Est. En 2017, on estime que la moitié des personnes exposées au risque ne dormaient pas sous des moustiquaires imprégnées. Plus d'un quart de ces fonds provenait des pays touchés eux-mêmes, même si les États-Unis restent le plus gros contributeur avec 1,2 milliard de dollars investis (1 milliard d'euros).

"Parallèlement, l'émergence continue de la résistance du parasite aux médicaments antipaludiques et la résistance du moustique aux insecticides menacent les progrès futurs", prévient encore l'OMS.

Recommande: