Meurtre de Khashoggi : la justice saoudienne dédouane MBS

15 Novembre, 2018, 18:22 | Auteur: Lynn Cook
  • Meurtre de Khashoggi : la justice saoudienne dédouane MBS

Le porte-parole du procureur saoudien a admis que le journaliste Jamal Khashoggi avait été drogué et démembré au consulat d'Istanbul, le 2 octobre. Si Riyad a précisé avoir demandé à Washington de ne plus assurer ces ravitaillements parce qu'elle était maintenant capable de le faire elle-même, il ne fait aucun doute que l'exécutif américain s'est vu contraint d'y renoncer sous la pression du Congrès, qui menaçait de prendre une action contre ces coûteuses opérations.

Mesures "positives" mais "insuffisantes"

"Toutes ces mesures sont certes positives, mais elles sont aussi insuffisantes", a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu, ajoutant qu'il n'avait "pas été satisfait" par certaines explications avancées jeudi par la justice saoudienne."
"Ce meurtre, comme nous l'avons déjà dit, a été planifié à l'avance", a-t-il ajouté. Pour rappel, il a été tué le 2 octobre dernier.

Après avoir d'abord fermement nié son meurtre, les autorités saoudiennes avaient fini par affirmer que le journaliste avait été tué au cours d'une opération "non autorisée" par Ryad.

Les États-Unis de Donald Trump, qui ont d'abord tenté de ménager leur allié saoudien, avaient fini ces derniers jours par durcir le ton, tout comme les autres pays occidentaux ayant des liens étroits avec la monarchie. Aussi, tout un chacun pourrait imaginer la souffrance qu'aurait subie Jamal Khashoggi le jour de son assassinat. "Ils savent ", avait assuré le président turc lors d'une conférence de presse télévisée.

Il a en revanche mis totalement hors de cause MBS dans cet assassinat.

Cette affaire a considérablement terni l'image de l'Arabie saoudite, royaume ultraconservateur engagé jusque-là - à l'initiative du prince héritier - dans une stratégie de modernisation et d'ouverture, via l'annonce de mesures de libéralisation économiques et sociétales.

Recommande: