L'appel d'Emmanuel Macron à sécuriser le cyberespace

15 Novembre, 2018, 11:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Pour éviter une cyberguerre mondiale un

Le speech d'ouverture du Forum sur la gouvernance de l'Internet qui s'est déroulé ce 12 novembre au siège de l'Unesco, fut l'occasion pour le président français de lancer "l'Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace".

Le nombre exact des signataires et leurs noms seront dévoilés dans la journée.

Dans l'appel, les signataires "réaffirment" leur "soutien à un cyberespace ouvert, sûr, stable accessible et pacifique" "Nous nous déclarons résolus à agir de concert" pour empêcher les cyberactivités malveillantes "qui causent des dommages importants, sans discernement ou systémiques", indique également le manifeste. Il n'a pas donné le détail des signataires, mais la Chine, la Russie et le gouvernement fédéral américain ne devraient pas en faire partie.

Mais une "une majorité" d'Etats européens l'avait déjà paraphé, ainsi qu'une "masse critique" d'acteurs américains, a indiqué l'Elysée. "Cet Appel de Paris est un vrai tournant dans la façon d'affronter les problèmes de cybersécurité dans le monde", a souligné Brad Smith, président de Microsoft, dont l'entreprise a signé l'appel.

Nous reconnaissons les responsabilités des principaux acteurs du secteur privé pour développer la confiance, la sécurité et la stabilité dans le cyberespace et nous encourageons les initiatives qui visent à accroître la sécurité des processus, produits et services numériques.

Le texte promet aussi d'empêcher des acteurs privés de répliquer aux attaques informatiques par d'autres attaques informatiques également destructrices.

"Le seul moyen de protéger la cybersécurité dans l'avenir est que tout le monde travaille ensemble, les gouvernements, le secteur des technologies et la société civile", a-t-il estimé à Paris, lors d'une rencontre dimanche avec des journalistes.

Ces dernières années, le réseau mondial a été le théâtre d'attaques informatiques spectaculaires, dont la plus coûteuse, NotPetya, a provoqué des milliards de dollars de dégâts en 2017.

Mais ces deux attaques ont vraisemblablement utilisé entre autres du code volé. à la NSA, la grande agence de renseignement électronique américaine, qui produit aussi des cyber-armes. "C'est un espace géré, mais non gouverné", a regretté un conseiller d'Emmanuel Macron, en pointant le risque de voir l'internet "libre, ouvert et sûr" accéder bientôt au rang des paradis perdus.

Le Forum sur la gouvernance de l'Internet "doit se réformer, devenir une instance de propositions concrètes", a-t-il plaidé, suggérant de rattacher cette enceinte de discussions au secrétaire général des Nations unies et de la doter d'un secrétariat général dédié.

Ouvrant à Paris le Forum sur la gouvernance de l'internet, le président de la République a appelé à trouver une voie entre "l'internet californien", dominé par de grands acteurs "qui ne sont pas démocratiquement élus", et "l'internet à la chinoise, avec un gouvernement qui contrôle" dans le cadre d'un système "hégémonique". Les autres seront des ingénieurs, des juristes et d'autres spécialistes du numérique.

Emmanuel Macron accueillera lundi pour un déjeuner à l'Elysée des dizaines de représentants du monde de l'internet, qui débattront notamment des possibilités qu'offre le numérique pour renouveler le débat public et la démocratie.

Recommande: