La "policière en colère" Maggy Biskupski retrouvée morte

13 Novembre, 2018, 20:10 | Auteur: Sue Barrett
  • Maggy Biskupski. LP  Guillaume Georges

Un probable suicide donc, pour celle qui était devenue en deux ans l'incarnation médiatique de la souffrance et du malaise des policiers. Deux policiers sont grièvement brûlés.

Elle était membre de la BAC, la brigade anticriminalité des Yvelines, et présidait l'association Mobilisation des policiers en colère (MPC) née après l'attaque aux cocktails Molotov de deux policiers à Viry-Châtillon (Essonne), le 8 octobre 2016. (.) L'enquête judiciaire nous éclairera. "Ce soir notre tristesse est profonde", a de son côté commenté le ministre de l'intérieur Christophe Castaner.

Maggy Biskupski et Guillaume Laubeau étaient en outre sous le coup d'une procédure de l'IGPN, pour manquement à leur devoir de réserve. "On nous reproche d'avoir parlé dans les médias sans autorisation et d'avoir porté atteinte à l'image de la police nationale", avait-elle expliqué à l'époque. La piste du suicide est privilégiée, selon cette source. "Il faut agir contre cette souffrance", a t-il indiqué. Un an après le drame de Viry, elle s'était exprimée face caméra lors de l'hommage à ses collègues.

Laurent Wauquiez, président des Républicains, a quant à lui tenu à souligner le mal être des fonctionnaires de police, dont la parole était portée par Maggy Biskupski, "Symbole d'une police à bout, elle portait le combat de ceux qui nous protègent au quotidien. Et nous y répondons, concrètement, avec plus d'effectifs et plus de moyens sur le terrain", a-t-il déclaré ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin.

Pour Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, ce "suicide (.) est le terrible symbole de la souffrance des policiers qu'elle dénonçait inlassablement", a-t-elle tweeté. "Cette souffrance a eu raison d'elle, et c'est un grand choc pour nous tous".

Sur la page Twitter de l'association, la Mobilisation des policiers en colère tenait un compteur à jour des suicides dans la police et des morts en service depuis le début de l'année 2018 pour alerter l'opinion publique. Le député de la France Insoumise en Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière demande une commission d'enquête sur les suicides de policiers.

Ce 12 novembre, elle s'est très vraisemblablement suicidée à son domicile avec son arme de service, selon une source proche de l'enquête et l'AFP. Malgré elle, du moins sans l'avoir vraiment calculé, elle avait été propulsée à la tête du mouvement des policiers en colère à l'automne 2016. Un geste désespéré qui a fait remonter sur les réseaux sociaux quelques extraits de ses passages à la télévision, comme celui en septembre dernier dans les Terriens du samedi. Une fronde d'une ampleur inédite s'était levée parmi les forces de l'ordre, bravant pour la première fois leur devoir de réserve et défilant durant plusieurs semaines dans toute la France pour dénoncer la haine "anti-flics" et le manque de moyens.

Recommande: