Midterms: "Un grand jour pour la démocratie si…" (revue de presse)

08 Novembre, 2018, 15:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Des gens suivent les résultats des élections de mi-mandat à New-York le 6 novembre 2018

Les Etats-Unis vont entrer dans une phase de cohabitation.

Les démocrates ont engrangé, ce mardi soir, une victoire précieuse dans les élections de mi-mandat en prenant le contrôle partiel du Congrès, mais la " vague " anti-Trump, un temps annoncée, n'a pas eu lieu.

Si vous pensiez que la première moitié du premier mandat de Donald Trump à la présidence était mouvementée, imaginez-vous les deux prochaines années: Ses adversaires détestés, les démocrates, sont maintenant armés. Sa stratégie de campagne ces derniers jours a payé: conscient de la difficulté qu'il aurait à conserver la Chambre des représentants, le Président a frénétiquement fait le tour des Etats où le parti républicain pouvait renforcer sa position majoritaire au Sénat.

Les élections législatives de mi-mandat, ont permis aux Démocrates de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants, tout en laissant aux Républicains le Sénat.

Donald Trump a crié victoire en commentant les résultats des élections de mi-mandat aux États-Unis.

L'élection a été marquée par une nette augmentation de la représentation féminine à la Chambre des représentants.

Donald Trump a en effet manifesté à plusieurs reprises son irritation face à son ministre de la Justice Jeff Sessions qui, en se récusant dans cette enquête, a délégué son autorité sur le procureur spécial à son adjoint Rod Rosenstein.

Dès que la prise de contrôle de la Chambre des représentants par les démocrates sera effective, en janvier, le nouvel équilibre mettra à l'épreuve la faculté de Donald Trump à trouver des compromis, ce qu'il n'a pas été enclin à faire depuis son arrivée à la Maison blanche, les deux chambres du Congrès étant jusqu'alors contrôlées par les républicains.

Parlons dans ce cas d'Alexandria Ocasio-Cortez, plus jeune élue démocrate de la Chambre des représentants. Les Midterms ont aussi confirmé que le parti conservateur est désormais officiellement le parti de Donald Trump. Pas bon signe dans l'optique de la présidentielle de 2020. Si les démocrates risquent au final de perdre quatre de leurs sièges sans en conquérir un seul, ils ont aussi réalisé des scores substantiels dans de nombreux bastions républicains: ils perdent de justesse au Texas, sauvent leurs sièges dans les très rouges Montana et Virginie-Occidentale et les conservent très largement dans la "Rust Belt", ces États du Midwest (Wisconsin, Michigan, Ohio...) devenus le symbole de la défaite de Hillary Clinton en 2016 et où Trump était supposé être l'idole de l'électorat populaire. Il s'agit d'une vraie poussée pour une assemblée historiquement très masculine, même si la parité est très loin d'être acquise. Le Congrès doit exercer sa fonction de surveillance notamment vis-à-vis d'un président qui comment des erreurs. "J'accorde beaucoup de crédit à Nancy Pelosi, a-t-il affirmé mercredi, sur un ton inhabituellement présidentiel". La rumeur avait été précédemment démentie par l'agence elle même.

Tom Malinowski, le futur représentant du New Jersey et membre de la nouvelle majorité démocrate à la Chambre des représentants, a offert une lecture nettement plus nuancée des résultats des Midterms.

"Le président a déjà montré, depuis deux ans, qu'il était prêt à rencontrer les démocrates", a insisté Kellyanne Conway.

Le républicain Mitt Romney, ancien candidat malheureux à la présidentielle américaine de 2012, a battu la démocrate Jenny Wilson dans la course au siège de sénateur de l'Utah, selon les projections des médias américains.

"Grâce à vous, demain sera un nouveau jour aux Etats-Unis".

Les élections à mi-mandats aux Etat-Unis sont toujours un test pour l'Administration en place et entraînent presque régulièrement un revers plus ou moins important pour le pouvoir.

Voici les premiers éditos des journaux outre-atlantiques.

Recommande: