Le gouvernement tente de désamorcer les propos de Macron — Polémique sur Pétain

08 Novembre, 2018, 12:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Macron trouve

Vous nous posez cette question, suite aux déclarations d'Emmanuel Macron qui, ce 7 novembre, a jugé "légitime" de rendre hommage au maréchal Pétain aux Invalides. Retour sur un cafouillage en 4 questions.

Le chef de l'État a déclaré que le maréchal Pétain avait été "durant la Première Guerre mondiale, un grand soldat", avant de conduire "des choix funestes" durant la Seconde.

LIRE AUSSI Qu'a vraiment dit Emmanuel Macron sur le maréchal Pétain? Le chef de l'Etat, qui ne célébrera pas lui-même la figure de l'ancien maréchal mais qui sera représenté par son chef d'état-major particulier, a défendu cette cérémonie en la jugeant "légitime" car, a-t-il poursuivi, celui qui a signé l'armistice avec Adolf Hitler et a dirigé le régime de Vichy avait été été "pendant la Première guerre mondiale un grand soldat", même s'il a "conduit des choix funestes" pendant la Deuxième. "C'est aussi ce qui fait que la vie politique comme l'humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu'on voudrait croire". Depuis que cette annonce a été faite, un nom suscite des critiques.

Quelles sont les réactions politiques?

Après une journée de mardi marquée surtout par l'histoire de 1914-1918 à Verdun ou aux Eparges, celle de mercredi aura un coloration plus sociale avec la visite dans l'après-midi d'un Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) à Rozoy-sur-Serre (Aisne), le département du Chemin des Dames.

Au contraire, pour le député Les Républicains Philippe Gosselin, "il y a lieu de rendre hommage au général Pétain" de la Grande Guerre, même s'il "ne s'agit pas de faire l'apologie de l'Etat français du régime de Vichy" de 1940-1944.

"La seule chose que nous retiendrons de Pétain, c'est qu'il a été, au nom du Peuple français, frappé d'indignité nationale lors de son procès en juillet 45", a déclaré le président du Crif, Francis Kalifat, cité dans un communiqué.

Cet éloge présidentiel inhabituel a été dénoncé par le principal groupe juif français, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

Comment l'Elysée a tenté d'éteindre le feu?

"Il a été un grand soldat, c'est une réalité".

"Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a lui dénoncé une " mauvaise polémique", écrivant sur Facebook: " Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Mais cela n'a pas suffit à clore le débat. Mais la polémique porte davantage sur le contexte dans lequel ont été tenus ses propos. Moins lui. Pétain après tout, c'est notre histoire, dans sa complexité et avec sa terrible part d'ombre, son rôle très actif dans la collaboration.

Cette fois, c'est l'hommage prévu à Pétain, samedi, aux Invalides, qui fait scandale.

Sauf que ce n'est pas si simple. "Pourquoi revenir au culte étroit des chefs militaires, largement discuté et discutable?", s'interroge Nicolas Offenstadt, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale.

Un dossier de presse diffusé le 18 septembre.

"Il y a des gens qui sont en colère de bonne foi et des gens de mauvaise foi", a commenté le chef de l'Etat, avant de répéter qu'il avait décidé d'aider les plus pénalisés. Mais l'Elysée s'en était étonné auprès du journal d'investigation à la mi-octobre.

Puis Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations, est venue en renfort, évoquant un "contresens": "Stop aux contresens!" Son entourage avait estimé qu'un tel hommage posait "problème", notamment en raison de la présence du maréchal Pétain.Car la présidence avait senti l'orage venir.

Avant lui, François Mitterrand avait aussi souligné les "contradictions" du maréchal Pétain, lors d'une interview accordée à Radio J, la radio communautaire juive.

Recommande: