"L'Élysée n'a rien caché" estime Macron — Affaire Benalla

08 Novembre, 2018, 13:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Affaire Benalla:

"Une " excitation collective " sur la " faute " d'un homme, mais pas " d'affaire d'État ".

Après s'être souvenu de Roland Barthes au moment de parler de la hausse de la taxe sur le diesel, Emmanuel Macron, dans un entretien diffusé ce mardi matin sur Europe 1, a appelé Léon Blum à son secours à l'heure de commenter l'affaire Benalla. Le chef de l'État est revenu sur le scandale qui a perturbé l'été présidentiel, après les révélations sur les agissements de ce chargé de mission lors des manifestations du 1er-Mai à Paris.Des " responsabilités " et puis une " faute ".et emmanuel Macron de poursuivre: "Qu'est-ce que c'est, Alexandre Benalla? "Son encadrement le savait, mais je ne connais pas le quotidien de l'ensemble de mes collaborateurs". Il a eu une sanction à l'Élysée. l'Elysée a-t-elle dissimulé?

"Ce sont des faits graves, mais 1) l'Élysée n'a rien caché, 2) il n'est pas intervenu sur demande de l'Élysée dans une manifestation, et 3) il n'y a jamais eu de sécurité privée ou de milices privées à l'Élysée", a défendu Emmanuel Macron. " Il faut avoir l'esprit de mesure et de l'indulgence, y compris à l'égard de ceux qui ont commis des fautes, a ainsi déclaré le président de la République". "Alexandre Benalla, il a fait des fautes; est-ce qu'il mérite d'être traité comme le plus grand criminel en liberté?" Il faut penser que les gens ont leur vie et leur famille.

L'affaire Benalla a été le premier caillou dans la chaussure de l'exécutif, avant les démissions de Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

Outre les violences en réunion, Alexandre Benalla est aussi mis en examen pour "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique", "port public et sans droit d'insignes réglementés", "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "recel de violation du secret professionnel".

Recommande: