Elections aux Etats-Unis : fermeture des premiers bureaux de vote

07 Novembre, 2018, 17:20 | Auteur: Aubrey Nash
  • Edition numérique des abonnés

Les premiers bureaux de vote ont fermé aux Etats-Unis après des élections législatives décisives pour la fin de mandat de Donald Trump.

"Un immense succès ce soir" proclame le président américain. "Merci à vous tous!", a commenté sur Twitter le président républicain peu après les premières conclusions tirées par les médias américains sur le partage du pouvoir au Capitole entre les Démocrates et les Républicains.

Les démocrates ont besoin de ravir 23 sièges aux républicains pour reprendre le contrôle de la Chambre.

Les républicains ont conservé leur majorité au Sénat, ce qui a permis à Donald Trump de rapidement revendiquer un "immense succès", sans évoquer la perte par son parti de la Chambre des représentants. "Au lieu de rassembler le peuple américain, il essaie de nous diviser sur la base de la couleur de notre peau, de notre origine, de notre religion, notre genre, notre identité sexuelle", a-t-il poursuivi. Dans cette Floride où tout se joue toujours sur le fil, il leur faudra trouver les mots pour contrer la rhétorique outrancière du président.

Beto O'Rourke a défié les sondages au début des dépouillements, jusqu'à laisser entrevoir la possibilité de voir un sénateur démocrate en tête au Texas. "Les États plus petits ont aussi tendance à être plus ruraux, et à favoriser les Républicains". Si la vague bleue démocrate annoncée ne s'est pas confirmée, les Républicains perdent quand même la chambre des réprésentants.

Il s'agit pour les Américains de désigner leurs représentants au Congrès, ainsi que les postes de gouverneurs dans une trentaine d'Etats. La victoire revient à Ron DeSantis, qui est un allié proche du président américain Donald Trump.

Le magnat de l'immobilier, qui avait commencé sa campagne présidentielle en traitant les immigrés mexicains de "violeurs", a de nouveau opté cette année pour un message anxiogène sur l'immigration. Les démocrates conquièrent en effet la Chambre des représentants - qui était jusque-là aux républicains - et les républicains conservent la majorité au Sénat, avec même quelques sièges en plus dans cette assemblée.

Pourtant les Républicains n'étaient pas vraiment battus avant l'élection.

Ce qui était censé être un potentiel pour les démocrates, projeté largement par toutes les chaines les plus populaires, -comme ABC, NBC ou CNN- s'écrase donc ce matin sur des résultats que certains commentateurs ont beaucoup de peine à expliquer et à raconter. Les Etats-Unis se retrouveront donc, en janvier 2019, avec un 116e Congrès divisé, dans une société marquée par un profond clivage autour de la personne de M. Trump.

Enfin, il ressort des premiers résultats que le nombre de femmes élues à la Chambre des représentants, alors qu'il reste encore neuf districts à dépouiller, est déjà de 75.

Rashida Tlaib (Michigan) et Ilhan Omar (Minnesota) deviennent les premières musulmanes à siéger au Congrès américain. Agée de 38 ans, Mme Davids, élevée par une mère célibataire ancienne membre de l'armée, est diplômée d'un institut de formation publique et a passé un an à Washington au sein de l'administration Obama. Quant à Deb Haaland, elle est également issue des communautés autochtones.

" Le véritable enjeu de ce mardi, c'est de savoir quel parti contrôlera les leviers politiques au Congrès, et donc si M. Trump sera tiré vers la droite ou la gauche, vers une autre réduction ou augmentation des impôts, vers des candidats plus conservateurs ou démocrates concernant la justice", explique l'édito.

Les démocrates devraient progresser de 30-35 sièges à la Chambre pour obtenir une courte majorité. Cependant, malgré la politique de Donald Trump, le profil des nouveaux élus apportent un souffle de diversité sur le Congrès.

Recommande: