Qui est cet écrivain que Macron veut panthéoniser — Maurice Genevoix

06 Novembre, 2018, 18:59 | Auteur: Lynn Cook

Un choix du coeur autant que du symbole.

"Emmanuel Macron a annoncé, mardi 6 novembre, l'entrée au Panthéon de l'écrivain Maurice Genevoix et de " ceux et celles de 14 ", afin de rendre hommage à " l'armée victorieuse " de la Grande Guerre.

Blessé lors de la Grande guerre dans la Meuse et animé par la volonté de témoigner de ce qu'il a vu et vécu, Maurice Genevoix, décédé en 1980, a été l'une des plumes de la mémoire de 14-18, à travers une cinquantaine d'ouvrages. L'auteur est l'un des écrivains fétiches d'Emmanuel Macron qui l'a découvert grâce à sa grand-mère lorsqu'il était jeune.

Maurice Genevoix avait dédié un livre à "Ceux de 14", publié en 1949. "Par lui, la voix de 'Ceux de 14' ne cesse de nous exhorter à ne pas baisser la garde et à conserver intacte notre vigilance quand le pire de nouveau réapparaît", a encore souligné le chef de l'Etat.

Ce jour-là, une allocution du président est également prévue dans le cadre de son " itinérance mémorielle " qui le conduira dans l'est et le nord de la France.

" Je souhaite qu'ils franchissent ce seuil sacré avec Maurice Genevoix, leur porte-étendard", a-t-il ajouté. Suivront "Nuits de guerre" (1917), "Au seuil des guitounes" (1918), "La boue" (1921) et "Les Eparges" (1923).

"Ce que nous avons fait, c'est plus qu'on ne pouvait demander à des hommes, et nous l'avons fait", écrit-il dans ce magistral témoignage, dénué de toute analyse subversive.

En août 1914, à la mobilisation générale, Maurice Genevoix qui connaît bien l'Allemagne, est élève à l'Ecole normale supérieure.

Le Figaro indique que l'Élysée réfléchit à associer Maurice Genevoix au Panthéon, sans se limiter à lui et sans forcément y faire entrer sa dépouille.

" Je souhaite que l'an prochain, ceux de 14, simples soldats, officiers, engagés, appelés, militaires de carrière, sans grade et généraux, mais aussi les femmes engagées auprès des combattants, car ceux de 14, ce fut aussi celles de 14, toute cette armée qui était un peuple, tout ce grand peuple qui devint une armée victorieuse, soit honoré au Panthéon ", a déclaré le chef de l'État aux Eparges (Meuse), théâtre de combats dantesques en 1915. Cette panthéonisaton collective est une première même s'il existe déjà au Panthéon une plaque d'hommage aux Justes de France, qui s'étaient distingués en protégeant des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

Recommande: