Meurtre Khashoggi: des agents saoudiens envoyés pour "effacer" les preuves | Europe

05 Novembre, 2018, 21:09 | Auteur: Lynn Cook
  • La fiancée de Khashoggi appelle Trump à appuyer l'enquête sur son meurtre

Khashoggi a été tué à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul par des agents envoyés de Ryad le 2 octobre, un assassinat dont le président turc a déclaré qu'il avait été ordonné par "les plus hauts niveaux" du gouvernement saoudien.

"Nous savons que les auteurs" de l'assassinat "sont parmi les 18 suspects détenus par l'Arabie saoudite", a écrit le président turc Recep Tayyip Erdogan dans une tribune publiée dans le Washington Post, quotidien auquel collaborait le journaliste saoudien critique du régime de Ryad.

Le Président turc épargne toutefois le roi Salmane d'Arabie saoudite et omet de citer son fils le prince héritier Mohamed Ben Salmane, l'homme fort du royaume wahhabite, dont l'image a été considérablement ternie par ce crime condamné par l'ensemble de la communauté internationale. L'éditorialiste du Washington Post a été tué un moins plus tôt, le 2 octobre, après être entré dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

La fiancée turque du journaliste a appelé vendredi la communauté internationale, dans une tribune publiée dans plusieurs médias, à "prendre des mesures réelles, sérieuses et concrètes pour mettre au jour la vérité et traduire les responsables en justice".

"Je voudrais envoyer ce message à M. Trump: je voudrais qu'il soutienne les efforts légaux de la Turquie dans le but de faire la lumière sur la situation et pour déterminer où est son corps", a dit Mme Cengiz dans un message préenregistré, diffusé lors d'une cérémonie à la mémoire de son défunt fiancé à Washington. "Et la principale raison pour cela, c'est que son corps n'a toujours pas été retrouvé", a-t-elle ajouté.

Le parquet d'Istanbul a affirmé la semaine dernière que M. Khashoggi avait été tué dès son entrée dans le consulat et son corps démembré. Ils ont également entrepris d'effacer toute trace du meurtre dans la résidence du consul, proche du consulat. Celui-ci a expliqué que le journaliste était mort au cours d'une rixe dans le consulat. Des personnalités saoudiennes auraient été désignées comme étant les commanditaires de ce meurtre d'après les enquêteurs en charge de l'affaire.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a insisté sur le caractère "inacceptable" du meurtre du journaliste, tout en soulignant que les États-Unis avaient "l'intention de s'assurer que (leurs) relations (avec Ryad) restent intactes".

"L'épouvantable mort de Jamal Khashoggi a montré jusqu'où peuvent aller les autorités saoudiennes dans leur répression de toute opposition pacifique, une répression qui n'a fait que s'intensifier depuis que Mohammed ben Salmane est devenu prince héritier", a ajouté dans un communiqué la directrice des campagnes d'Amnesty International au Moyen-Orient, Samah Hadid.

Recommande: