Enquête de la police après la découverte d'ossements au Vatican

01 Novembre, 2018, 09:22 | Auteur: Lynn Cook
  • Des restes humains découverts dans une propriété du Vatican s'agit-il d'une des deux mineures disparues en 1983

La police italienne a ouvert une enquête après que des ouvriers ont découvert des ossements lors de travaux de restauration dans une annexe de l'ambassade du Vatican à Rome, a déclaré mardi le Saint-Siège.

Informée par cette découverte, la police italienne a ouvert une enquête, dirigée par le procureur général Giuseppe Pignatone, pour établir "l'âge, le sexe et la date du décès" du corps. Deux disparitions sur lesquelles la police avait cessé d'enquêter faute de nouveaux éléments malgré la mobilisation régulière des familles et de leurs soutiens.

Les enquêteurs chercheront en particulier à déterminer si l'ADN de ces restes correspond à celui d'Emanuela Orlandi ou de Mirella Gregori, deux mineures disparues séparément à Rome en 1983. Selon les dires de sa mère, l'interphone de la maison aurait sonné et ce serait la jeune fille qui aurait répondu.

Emanuela Orlandi, fille d'un membre de la police vaticane, avait été vue la dernière fois le 22 juin 1983 alors qu'elle sortait d'une leçon de musique. Selon certaines sources, la jeune fille de 15 ans aurait été enlevée par des ravisseurs qui souhaitaient faire pression sur le Vatican dans le but de recevoir une énorme rançon. Elle n'est jamais réapparue. D'autres personnes affirment qu'elle aurait été kidnappée pour obtenir la libération de Mehmet Ali Agca, qui avait tenté d'assassiner Jean-Paul II en 1981.

Le frère d'Emanuela, Pietro, qui mène depuis des décennies une campagne pour tenter de résoudre le mystère de cette disparition, a dénoncé le silence du Vatican et même sa complicité dans cette affaire.

Recommande: