Des violences ce soir contre les policiers — Purge d'Halloween

31 Octobre, 2018, 23:45 | Auteur: Sue Barrett
  • Des violences ce soir contre les policiers — Purge d'Halloween

"J'ai demandé une mobilisation très attentive, renforcée à tous les préfets de France pour que nous puissions avoir une soirée festive, car Halloween est une soirée festive", a-t-il ajouté.

Christophe Castaner s'est inquiété publiquement, lors d'un déplacement à Garges-les-Gonnesse, dans le Val-d'Oise, du potentiel viral de cet appel à la purge Halloween. "Elle a pris une trop grande ampleur alors j'ai décidé d'annoncer (...) que c'était une blague!". Il est convoqué le 28 novembre devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour "incitation publique à commettre des crimes ou des délits". Réalisé samedi via le réseaux social Snpachat, ce message a été suivi par d'autres, tous ayant le même objectif: se regrouper pour s'en prendre aux forces de l'ordre, mais aussi se battre et brûler des voitures.

Sur un fond noir agrémenté d'émoticônes incendiaires, sont énumérées ses règles: tenue noire avec masques, armes diverses, incendies de "tout se que vous voyait " (sic) et ciblage spécifique des forces de l'ordre, "au mortier, feux d'artifice, pétards, pierres ".

L'instigateur de la purge s'est rendu lui-même au commissariat, où il a été placé en garde à vue, après avoir diffusé un message sur les réseaux sociaux, dans lequel il parle d'une "énorme blague" et d'une "invention" de sa part. Après la montée de la rumeur à Corbeil-Essonnes, le syndicat de Police Unité SGT avait saisi le ministère de l'Intérieur.

"L'auteur a été identifié".

La garde à vue du jeune homme de 16 ans arrêté mardi à Sarcelles (Val-d'Oise), dans l'affaire de la diffusion sur les réseaux sociaux de cet appel à la "purge" a été prolongée, a appris franceinfo de source proche du dossier. "Il prétend que c'est 'une mauvaise blague', il sera poursuivi, a réagi le ministre de l'Intérieur sur Twitter". L'auteur du message d'origine incitant à la purge contre les policiers le soir d'Halloween, un jeune Grenoblois de 19 ans, ne s'attendait peut-être pas à rencontrer un tel succès.

Après un appel à la "purge" ce soir pour Halloween, les autorités craignent des violences entre bandes rivales dans plusieurs villes de France, mais aussi contre les policiers. L'adolescent a été présenté ce 31 octobre devant un juge des enfants et mis en examen.

L'adolescent a été entendu pour "provocation à commettre un crime ou un délit par voie électronique" et pour "provocation à s'armer contre l'État ou la population et détention d'arme" après avoir relayé sur Facebook l'appel à la purge. L'adolescent est déjà connu pour port d'arme prohibé. "Ils ont juste trouvé un petit accès au dark web mais rien qui puisse emplifier son geste", précise cette source.

Recommande: