IBM rachète Red Hat, le numéro un du logiciel libre

29 Octobre, 2018, 19:10 | Auteur: Aubrey Nash
  • IBM paye le montant record de 34 milliards de dollars pour Red Hat

Par conséquent, l'acquisition devrait être terminée durant le deuxième trimestre de l'année 2019. Dans un communiqué, la PDG du groupe, Ginni Rometty, justifie ce rachat historique: "L'acquisition de Red Hat va changer la donne". "IBM va devenir le premier fournisseur mondial de cloud hybride", a-t-elle poursuivi, estimant qu'il s'agissait là de la prochaine énorme poche de croissance pour l'informatique dématérialisée permettant, par exemple, de connecter différents types de "nuages" privés ou publics.

Avec cette acquisition, il est fait mention d'une approche ouverte du cloud. Et IBM cessera de racheter ses propres actions. IBM a collaboré avec Red Hat pour développer un Linux de niveau entreprise et, plus récemment, pour proposer aux clients des solutions Kubernetes et de cloud hybride. "L'annonce d'aujourd'hui s'inscrit dans la continuité de ce partenariat de longue date", a ajouté Mme Rometty". En outre, l'entité issue de la fusion " restera attachée " à " l'esprit de liberté " de l'open source, et renforcera ses engagements dans le Patent Promise, le GPL Cooperation Commitment, l'Open Invention Network et le LOT Network.

Red Hat est surtout connu pour sa distribution Red Hat Enterprise Linux s'adressant au marché de l'entreprise et des serveurs. De même, il n'y a pas de remise en question de partenariats avec Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Cloud et autres, en plus de IBM Cloud.

Dans un communiqué conjoint, IBM assure que 80% de la charge de travail des entreprises n'est toujours pas transposable dans le cloud en raison de la nature fermée du marché de l'informatique dématérialisée à l'heure actuelle. Ces métiers représentent désormais environ la moitié de son chiffre d'affaires.

Une fois l'acquisition finalisée, Red Hat rejoindra l'équipe Hybrid Cloud d'IBM en tant qu'unité distincte afin de préserver " l'indépendance et la neutralité " de l'héritage open source de Red Hat. De son côté, Red Hat n'a pas cessé de publier des résultats positifs.

Ginni Rometty, DG d'IBM.

Par ailleurs, les partenaires actuels de Red Hat, qui sont en concurrence directe avec IBM, verraient, selon Standard & Poor's, cette opération d'un mauvais oeil et pourraient décider de faire moins d'affaires avec le groupe, ce qui pourrait affecter la croissance des revenus. IBM s'engage à maintenir ce qui a fait le succès de Red Hat et ses pratiques tournées vers le client et la communauté open source.

IBM a dit acheter Red Hat en cash et avec de l'emprunt. Depuis que nous avons décidé de mettre l'open source au niveau de l'entreprise, notre mission n'a pas changé. Il s'agirait de la plus grosse acquisition en 2018 dans le secteur des technologies.

Recommande: