Une épidémie sans précédent — Virus du Nil

23 Octobre, 2018, 09:22 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le don du sang restreint à cause d'un virus du Nil présent dans le sud-est de la France

"Depuis la première semaine d'août, 24 cas d'infection humaine au virus du Nil occidental (West Nile virus en anglais) ont été identifiés dans l'arc méditerranéen", a indiqué lundi le Dr Christophe Besiers, membres de l'EFS. Depuis la mi-octobre, ce dernier a interdit les dons en provenance des personnes ayant séjourné dans plusieurs départements du sud de la France.

Pour comprendre la complexité de la situation, il faut savoir que ce virus est transmis par le moustique, lui-même contaminé par des oiseaux.

On l'appelle aussi "fièvre du Nil". "C'est pourquoi le don de sang est restreint pour les personnes qui ont séjourné au moins une nuit dans le sud de la France".

Les personnes qui ont passé au moins une nuit dans cette zone touchée ne peuvent pas donner leur sang pendant 28 jours (exclusion temporaire). Objectif: éviter de nouveaux cas de virus du Nil. "Mais il y a un risque de transmission interhumaine du virus par la voie de transfusions sanguines, d'où l'intérêt des mesures de précautions qui ont été prises par l'EFS ". C'est la première fois qu'un cas humain est détecté dans la région, assure l'Agence Régionale de Santé.

Quand la saison des moustiques sera passée, il n'y aurait plus de risque de transmettre le West Nile en allant donner son sang.

"D'après le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 25 personnes sont mortes des suites du virus en Italie, Roumanie et Grèce fin septembre".

Chez l'homme, l'infection est asymptomatique dans 80 % des cas. Quatre personnes ont souffert d'une forme neuro-invasive du virus et ont dû être hospitalisées, précisait encore l'ARS. "La circulation du virus West Nile est plus précoce et plus importante en 2018 que les années précédentes en Europe", ajoutait l'ARS. Plus rarement, le virus West Nile peut provoquer des complications neurologiques graves.

D'abord parce que les collectes continuent presque normalement dans le Sud.

"Chaque année, le don de sang est restreint pour ceux qui reviennent d'un des pays où sévit ce virus".

Cette maladie est transmise par le moustique Culex et sévit actuellement dans le sud de la France. "A ce jour, nous n'avons eu qu'un cas détecté par le test (chez un donneur) dans les Alpes-Maritimes (inclus dans les 24 cas) ", poursuit-il ajoutant que globalement, il n'y a " pas de problème " pour assurer l'approvisionnement en produits sanguins.

Recommande: