"Radio France" annonce porter plainte contre Mélenchon

22 Octobre, 2018, 21:00 | Auteur: Lynn Cook

On comprend mieux dès lors la dizaine de perquisitions simultanées au domicile du leader de la France insoumise et aux sièges de ses différents partis, ainsi qu'aux domiciles de ses principaux collaborateurs. "Ça n'est pas raisonnable".

Les journalistes signataires admettent le droit dont dispose Jean-Luc Mélenchon, de démentir le contenu d'une enquête journalistique. "Il est toujours le bienvenu pour une explication et un moment de journalisme normal, serein".

Radio France a annoncé samedi dans un message publié sur Twitter porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon, au lendemain des propos virulents tenus par le chef de file de La France insoumise (LFI) et mettant en cause ses journalistes. "Ils sont gravissimes", a déclaré Vincent Giret. Jean-Luc Mélenchon a traité les journalistes de tricheurs, de menteurs, a appelé ses adhérents à les pourrir.

Jean-Luc Mélenchon estime faire l'objet d'une "offensive politique" à l'origine selon lui des perquisitions organisées en début de semaine chez lui et dans son entourage, ainsi que des auditions qui ont suivi. L'article s'intéressait aux prestations facturées par la communicante Sophia Chikirou et sa société Mediascop au candidat de LFI, pour un montant total d'un peu plus de 1 million d'euros. "Si demain un ou une journaliste de Radio France se faisait physiquement agresser par une personne habitée d'une "haine juste et saine" et qui aurait mal interprété votre appel à "pourrir" des "abrutis", quelle serait alors votre réaction?"

Après les magistrats et les policiers, c'est contre les médias que Jean-Luc Mélenchon a ouvert un nouveau front en attaquant frontalement franceinfo, ce qui lui vaut une plainte de Radio France.

Une plainte va d'ailleurs être déposée par le syndicat FO de Radio France pour "appel à la haine et la violence contre une cible parfaitement identifiable".

Selon une source proche du dossier, Manuel Bompard, coordinateur des campagnes de LFI, a bien été contacté au début de la perquisition au siège du parti et a assisté à cette opération - autorisée par un juge des libertés et de la détention (JLD) - avant qu'elle ne dégénère. (...) Si l'enquête devait confirmer le soupçon qui a présidé à son ouverture, cela signifierait que les sommes incriminées perçues par madame Chikirou l'auraient été à l'occasion d'une campagne présidentielle dirigée par un homme politique avec lequel elle partage une relation intime régulière, " écrivent les journalistes de Médiapart. "On ne peut pas laisser passer de telles insultes à l'endroit des journalistes de la maison de la Radio et de Radio France", affirme Guy Lagache, le directeur délégué aux antennes et à la stratégie éditoriale de Radio France.

"Les attaques et incitations à la violence contre les journalistes sont inadmissibles et n'ont AUCUNE place dans une démocratie", a pour sa part twitté le ministre de la Culture Franck Riester.

Recommande: