Quand les jeunes revendiquent la voie des armes — Sahara occidental

21 Octobre, 2018, 11:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Quand les jeunes revendiquent la voie des armes — Sahara occidental

L'Algérie prendra part à la première série de négociations directes entre le Front Polisario et le Maroc, prévues à Genève les 5 et 6 décembre, en tant que pays observateur.

"Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU, avait rappelé en début de semaine que les quatre parties invitées " à la table des négociations " devaient venir " de bonne foi et sans pré-conditions ".

Dans son invitation, l'ex-président allemand Horst Kohler, qui a succédé à l'Américain Christopher Ross en août 2017, évoque non pas des "négociations " mais "une table ronde". Le dernier cycle de négociations entre le Maroc et le Front Polisarioremonte à 2012. L'ordre du jour n'est pas détaillé et l'émissaire demande aux destinataires de lui soumettre des propositions à cet égard. Fin juin-début juillet, il avait entamé une tournée régionale qui l'avait conduit à Alger, Nouakchott, Tindouf, Rabouni, Rabat, Laayoune, Smara et Dakhla. Rien n'est moins sûr tant les protagonistes continuent de camper sur leurs positions. Ils ont également affirmé qu'il ne peut y avoir de solution au différend régional sur le Sahara sans sa consultation et sans l'implication de l'Algérie, principale partie responsable de la genèse et le maintien de ce différend. Dans ce contexte, le représentant du Front Polisario à l'ONU, Sidi Mohamed Omar, devant la quatrième commission chargée de la décolonisation, a déclaré: "Cette année, nous espérons que le vent tourne et que le peuple du Sahara occidental puisse avoir la possibilité d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance".

La 4ème Commission de l'ONU, qui s'est tenue récemment, a permis de souligner que la question du Sahara n'est pas une affaire de décolonisation, mais une question d'intégrité territoriale face à un projet sécessionniste, a dit M. El Khalfi. Cité par une dépêche de l'agence officielle MAP, le diplomate estime "qu'il est un fait indéniable de l'Histoire que le Sahara a toujours fait partie intégrante du Maroc, et ce, bien avant son occupation par l'Espagne en 1884".

En vue de réunir toutes les conditions nécessaires pour la réussite des négociations, le secrétaire général de l'Onu a suggéré le 3 octobre dans un rapport au Conseil de sécurité "de prolonger d'un an le mandat" de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), faisant savoir que l'Algérie et la Mauritanie étaient disposées à participer activement aux négociations.

Dans ce conflit, la Mauritanie connaît en effet un déchirement ethnique en raison d'une population de "tribus maures qui sillonnent ce vaste désert et qui n'ont jamais connu de frontières entre ce qui s'appelle aujourd'hui l'Algérie, le Maroc et la Mauritanie".

Recommande: