Ould Abbes traîne Bouhadja devant la Commission de discipline — Crise à l'APN

17 Octobre, 2018, 06:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Image Said Bouhadja

La crise politique qui secoue l'Algérie au plus haut sommet de l'Etat vient de franchir un pas dangereux qui risque de mettre le feu aux poudres.

Il s'agit de l'exclusion pure et simple de Said Bouhadja des rangs du FLN.

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja semble toujours déterminé à ne pas céder aux pressions dont il fait l'objet de la part de la majorité des députés de la chambre basse du parlement, ainsi qu'au sein de son parti, le FLN dirigé par Djamel Ould Abbès. Le président de l'APN, qui n'a pas manqué de charger le Secrétaire Général de l'ex-parti unique a notamment estimé que ces décisions étaient "illégales ".

Si cette visite est programmée depuis longtemps, dans le cadre d'un programme d'instruction, la présence symbolique d'officiers de l'armée - fussent-ils en stage - dans l'hémicycle à ce moment précis peut être perçue comme un appui tacite de l'institution militaire à la démarche de Saïd Bouhadja dans son bras de fer avec les députés de la majorité qui accentuent leur pression pour le pousser à démissionner. Or, jusqu'à cet instant, Bouteflika observe un silence de marbre concernant le gel de l'APN.

Pour rappel, Djamel Ould Abbes avait menacé de dévoiler des informations compromettantes qu'il détiendrait sur Saïd Bouhadja. Le SG du FLN commence à s'attaquer, en usant des termes acerbes, à Bouhadja en le qualifiant, entre autres, "d'ingrat ".

Recommande: