Le maire de Riace, "village des migrants", interdit de séjour — Italie

17 Octobre, 2018, 15:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Italie le gouvernement met fin à un exemple emblématique d'intégration des migrants

Seul hic: ses migrants sont souvent présentés comme un modèle d'intégration à travers tout le pays.

Cette décision du ministre intervient quelques jours après l'arrestation de Domenico Lucano. Ce dernier est soupçonné d'aide à l'immigration clandestine et d'irrégularités dans l'octroi des financements pour le ramassage des ordures de son village. La colère est montée d'un cran, à l'image de ce tweet de l'ancien Premier ministre Enrico Letta, dimanche 14 octobre, après que le ministère de l'Intérieur, dirigé par le leader d'extrême droite Matteo Salvini, a ordonné le transfert dans des centres d'hébergement de migrants qui avaient été accueillis dans le village de Riace, présenté comme un modèle d'intégration.

Les avocats de Domenico Lucano, le maire de Riace, réclamaient devant le tribunal de Reggio de Calabre (sud) la levée de l'assignation à résidence de leur client, qui avait aussi été suspendu de sa fonction par le préfet.

Des sources au ministère, citées par des médias italiens, ont cependant semblé revenir sur le principe des transferts forcés, affirmant que les migrants "ne seraient transférés que s'ils sont volontaires". Ceux qui choisiront de rester ne pourront plus en revanche profiter du système d'accueil.

Le maire de la commune calabraise de Riace, en résidence surveillée depuis le 2 octobre sous l'accusation d'aide à l'immigration clandestine, a vu son assignation levée mardi par la justice qui l'a toutefois interdit de séjour dans sa commune.

"Arrêtez Salvini. Ne fermez pas les yeux", a lancé pour sa part l'Association nationale des partisans d'Italie (ANPI) dans un appel au Mouvement 5 étoiles (M5S), parti antisystème membre de la coalition au pouvoir aux côtés de la Ligue.

L'ANPI a estimé que le gouvernement devrait plutôt partir en guerre contre le crime organisé en Calabre, bastion de la mafia. Dans une commune moribonde, l'édile avait notamment mis en place des programmes de restauration de maisons abandonnées et de réouverture d'ateliers d'artisans par les migrants.

"Si le gouvernement décide de déporter les victimes fragiles et persécutées de régimes d'oppresseurs dans le monde, Riace doit devenir un bastion de la résistance", a-t-il ajouté.

Recommande: