Le décès de l'adolescent consécutif à un œdème — Rixe aux Lilas

17 Octobre, 2018, 01:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Edition numérique des abonnés

Le décès d'un adolescent de 13 ans dimanche 14 octobre au lendemain d'une rixe aux Lilas (Seine-Saint-Denis) est consécutif à un "œdème pulmonaire" après un malaise et non directement à des violences, selon les premières conclusions de l'autopsie, a annoncé mardi 16 octobre le parquet de Bobigny. Elle se plaignait de multiples douleurs sur tout le corps après cette bagarre survenue aux alentours de 19H00, selon une source policière. Deux adolescents ont été placés en garde à vue, mais ont rapidement été relâchés.

Les cinq mis en cause seront déférés mercredi en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

D'après une source policière, un adolescent originaire de la ville voisine de Bagnolet a été emmené à l'hôpital Robert-Debré, dans le XIXe arrondissement de Paris pour des blessures aux jambes après cette bagarre.

Il était entendu dimanche soir par les enquêteurs de la police judiciaire du département, chargés de l'enquête, selon cette même source.

Deux des jeunes en garde à vue se sont rendus à la police ce dimanche en fin de journée. Deux autres personnes avait été blessées dans cette fusillade qui avait "choqué" cette ville populaire. Le garçon avait été frappé à coups de barre de fer.

Mi-septembre, une autre rixe, "ultra-violente", selon un enquêteur, avait aussi eu lieu dans le département voisin du Val-d'Oise, à Garges-lès-Gonesse, où un jeune de 17 ans avait été passé à tabac.

Selon le ministère de l'Intérieur, un total de 90 bandes organisées sont répertoriées en France.

"Ce genre de violences, avec des individus parfois très jeunes, n'est hélas pas nouveau mais reste dramatique", relève un policier connaisseur de la Seine-Saint-Denis.

Recommande: