Remaniement: Macron "assume de prendre le temps" Griveaux

11 Octobre, 2018, 18:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Remaniement après le départ de Collomb le dénouement est proche

Rappelons que le 2 octobre, le Président français a "accepté la démission de Gérard Collomb et demandé au Premier ministre d'assurer son intérim dans l'attente de la nomination de son successeur".

Enfin, avant d'intégrer quelqu'un dans leur gouvernement, le président de la République et le Premier ministre (s'il n'est pas concerné par le remaniement) peuvent consulter le casier judiciaire d'un futur collègue. Les médias français parlent de consultations menées depuis plusieurs jours en vue de remplacer non seulement Gérard Collomb mais aussi d'autres ministres de l'actuel gouvernement, avec un éventuel redécoupage des ministères.

Hypothèse balayée à l'Assemblée par le chef du gouvernement, qui a démenti qu'il y ait "le début du commencement de la moitié d'une feuille de papier à cigarette" entre le président et lui.

Un nouveau gouvernement pour quoi faire? "Certaines m'amusent, d'autres me consternent, et il n'est pas impossible que, parfois, elles m'affligent", a déclaré Edouard Philippe devant les députés.

Confronté à des reproches de plus en plus vifs contre un processus qui aura pris, si le remaniement intervient ce week-end, une dizaine de jours, le président a souligné au Conseil des ministres qu'il "assumait totalement de prendre le temps de faire ce fameux remaniement ", a rapporté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

12h51: Le Premier ministre sera bien présent à la séance des questions au gouvernement, cet après-midi, à l'Assemblée nationale, selon Matignon.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron, le jour J des annonces? Pas la désignation d'un simple successeur pour l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, parti reconquérir Lyon.

Fin du suspense. Le remaniement ministériel "n'aura pas lieu avant le départ du président de la République en Arménie ni tant qu'il sera à Erevan" d'où il reviendra vendredi 12 au soir, a annoncé ce mercredi 10 l'Élysée.

Avant le départ de Macron pour l'Arménie?

Quant à leurs ministres préférés, ou du moins ceux qu'ils souhaitent voir rester au sein du gouvernement, ils placent en tête le trio composé du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian puis ceux de l'Éducation et de l'Économie, Jean-Michel Blanquer et Bruno Le Maire. Plusieurs noms ont été cités dans la presse: le procureur de Paris François Molins, la directrice de la PJ Mireille Ballestrazzi, le haut fonctionnaire Jean Castex, qui a servi Nicolas Sarkozy à l'Élysée, ou l'ancien patron de la police nationale Frédéric Péchenard.

"Des ministres qui arrivent, d'autres qui partent, c'est banal, cela fait partie de la vie politique", a estimé M. Le Maire, lors de cette émission organisée avec Les Echos et CNews, en soulignant que "la seule chose qui compte c'est de ne pas dévier de notre cap".

Détenteur du portefeuille de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard pourrait être poussé vers la sortie. Prenant ostensiblement son temps, Emmanuel Macron a longuement échangé sur la promotion d'un écosystème favorable à l'intelligence artificielle.

Recommande: